Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Génération graphisme

Magali Lesauvage 29 janvier 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Quelques mois après le lancement, par les ministres de la Culture et du Redressement productif, de la Mission Design, la Fête du graphisme entend mettre à l’honneur un secteur paradoxalement très présent dans notre vie quotidienne mais peu visible. Un micro-festival réjouissant, à voir jusqu’à dimanche.

Cléo Charuet/Cleoburo, packaging réalisé pour Monoprix, vue de l’exposition Un tour de France des jeunes designers graphiques aux Docks — cité de la mode et du design, 2014.

Qu’est-ce que le design graphique ? Il contribue, nous disent les organisateurs de la Fête du graphisme qui a lieu principalement du 30 janvier au 2 février, « à l’amélioration de notre environnement visuel sur le fond comme sur la forme, il informe, il communique, il embellit ». Ne vous fiez pas à son affiche ringarde (signée Jean-Paul Goude), la Fête du graphisme est tout ce qu’il y a de plus actuel.

Vous ne vous en rendez sans doute pas compte, mais le graphisme est partout. Dans le menu du restaurant, la signalétique de votre bureau, les affiches de cinéma, les couvertures de magazines, sur Internet, sur les emballages de vos produits, à la télévision… La profession, pourtant, n’est pas réellement reconnue à sa juste valeur, car sans doute trop fondue dans la chaîne de production qui met en avant l’objet plutôt que son habillage, et le graphisme noyé dans un environnement contemporain surchargé de signes. C’est la raison pour laquelle est initiée la « Fête du graphisme », qui pendant quelques jours met en avant la jeune scène des designers graphiques français, et souhaite valoriser un « graphisme démocratique » qui se donne pour mission la « reconquête de la qualité de notre espace quotidien », en inscrivant le graphisme, « grâce à l’exigence visuelle, dans le dessein de la société ».

Concrètement, la Fête du graphisme, soutenue notamment par le ministère de la Culture et la Ville de Paris, prend la forme d’une (attention, très courte !) exposition aux Docks – Cité de la mode et du design (du jeudi 30 janvier au dimanche 2 février), de deux journées de rencontres (les 30 et 31 janvier), d’une soirée (version numérique des expos) à la Gaîté lyrique (samedi 1er février), et du déploiement (jusqu’au 18 février) de 40 affiches originales commandées à des graphistes sur le thème « Célébrer Paris ».

Jason Munn, Sonic Youth, 2010.

Découpée en quatre sections, dites « collections », l’exposition des Docks déploie sur des fils tendus dans l’espace comme dans un atelier d’imprimerie les œuvres de 60 jeunes designers français, dont on reconnaît beaucoup de projets, pour les avoir croisées ici et là : supports de communication de Mains d’Œuvres (Akatre), emballages Monoprix (Cléo Charuet), couvertures de la revue Trois Couleurs (Sarah Kahn), ou mystérieuses affiches Floating disséminées dans les transports publics (les Graphiquants). Plus loin, 150 affiches de concerts réalisées de manière artisanale par des artistes américains locaux sur le mode du Do It Yourself  montrent l’inventivité d’un médium qui ne connaît pas de règles : collages d’Aesthetic Apparatus, abstraction de Jason Munn, pochoirs de Patent Pending.

Enfin, un panorama exceptionnel du design graphique est reconstitué grâce à plus de 340 affiches de films, concerts, festivals, etc., par des auteurs plus ou moins connus, comme le fameux profil psychédélique de Bob Dylan par Milton Glaser, formant un état des lieux du graphisme des vingt dernières années. Une initiative salutaire.

Voir toute la programmation sur le site officiel de l’événement.

LA FÊTE DU GRAPHISME

30/01/2014 > 02/02/2014

Les Docks – Cité de la mode et du design

PARIS

La Fête du graphisme est la première manifestation nationale entièrement dédiée à la promotion des arts graphiques sous toutes leurs f...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE