Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

La radioactivité décryptée au Palais de la Découverte

Gwenael Ameline de Cadeville 24 janvier 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Savez-vous que la radioactivité est partout ? Dans l’univers, dans la nature, mais aussi dans notre corps ? C’est l’une des nombreuses informations que l’on peut apprendre en visitant l’exposition La Radioactivité : De Homer à Oppenheimer au Palais de la découverte.

Vue de l’exposition Radioactivité au Palais de la Découverte © A. Robin-EPPDCSI.

Quoi de mieux qu’une expo ludique pour expliquer le phénomène complexe de la radioactivité ? Dès l’entrée, Tom, un petit atome bleu, nous explique que lui et ses amis sont à l’origine de la radioactivité. Ce phénomène physique naturel se définit ainsi : des noyaux atomiques instables se transforment spontanément, en dégageant de l’énergie sous forme de rayonnements divers, en des noyaux atomiques plus stables ayant perdu une partie de leur masse.  Des panneaux interactifs nous aident à mesurer le taux de radioactivité de notre corps ou connaître les émanations radioactives de certains objets du quotidien (eau, huile, légumes, briques…). De petites trappes dévoilent les différentes doses naturelles ou artificielles de radioactivité auxquelles sont exposés les hommes. On y apprend que la dose maximum cumulée autorisée pour les travailleurs japonais intervenant sur la centrale de Fukushima après l’accident est de 100 mSv (le millisievert est l’unité utilisée pour donner une évaluation de l’impact des rayonnements sur l’homme). Un chiffre impressionnant quand on découvre ensuite que la dose annuelle pour un Français est de 1,4 mSv !

La radioactivité est découverte en 1896 par Henri Becquerel alors qu’il analyse l’uranium des roches. C’est également en étudiant les roches que, quelques années plus tard, le couple célèbre Pierre et Marie Curie découvre et baptise deux éléments radioactifs : le radium et le polonium. Ce n’est que le début d’une longue liste de chercheurs. On découvre alors avec étonnement que la radioactivité n’a pas toujours été un phénomène inquiétant. Dans les Années folles, le radium découvert par le couple Curie suscite un engouement très fort. Le sel de radium qui émet naturellement de la lumière est utilisé dans les aiguilles des montres et réveils. Plus étonnant encore, on le retrouve dans des crèmes de beauté, dans la laine pour bébé ou encore dans des « fontaines à radium » censées apporter la jeunesse éternelle.

Vue de l’exposition Radioactivité au Palais de la Découverte © A. Robin-EPPDCSI.

Aujourd’hui tout ceci est interdit, mais la radioactivité est toujours utilisée, dans les centrales nucléaires, pour produire de l’énergie, ou dans l’armement, avec la bombe nucléaire. Un espace sur « Les dossiers de l’atome » retrace d’ailleurs tous les grands événements politico-stratégiques liés à la radioactivité. Mais celle-ci n’est pas seulement synonyme de guerre et de destruction. De nos jours, elle est également utilisée pour guérir. Dans l’espace « Opération rayons », une application interactive nous propose d’entrer dans la peau d’un médecin afin de comprendre à quoi servent les différentes radiographies médicales.

Elle n’est cependant pas sans risques : le désastre de Tchernobyl, les déchets radioactifs ou les accidents nucléaires comme celui de Fukushima ne sont que quelques exemples des conséquences de l’utilisation de la radioactivité. Aussi l’exposition nous laisse-t-elle sur un avis mitigé : la radioactivité est-elle une bonne ou une mauvaise chose ? Un mur de questions/réponses donne quelques éléments de réponse mais la perplexité demeure.

RADIOACTIVITÉ

03/12/2013 > 08/06/2014

Palais de la découverte

PARIS

Le Palais de la découverte poursuit une de ses plus anciennes traditions, l’exploration de la radioactivité, phénomène qui a toujours ...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE