Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Le MoMA fait détruire un joyau de l’architecture new-yorkaise

Gwenael Ameline de Cadeville 20 janvier 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le Museum of Modern Art de New York a confirmé, il y a quelques jours, la destruction prochaine de l’ancien American Folk Art Museum, dans le cadre de son projet d’agrandissement porté par le cabinet d’architecture Diller Scofidio + Renfro. Une décision qui crée la polémique.

Ancien bâtiment de l’American Folk Art Museum © David Shankbone/wikimedia.

Pour la direction du MoMA, le bâtiment de l’ancien American Folk Art Museum était devenu gênant pour son extension, sa façade grise n’étant pas en accord avec l’esthétique architecturale du célèbre musée new-yorkais. Le Wall Street Journal nous apprend dans son édition du 8 janvier que le nouvel édifice « sera une structure vitrée hébergeant deux espaces. Au niveau de la rue, les piétons seront confrontés à un espace d’exposition de trois étages, séparé de la rue par une paroi de verre pouvant coulisser vers le haut afin d’ouvrir l’espace totalement sur le trottoir ».

Ce projet ambitieux et innovant ne fait pourtant pas l’unanimité parmi les critiques d’art new-yorkais. Ceux-ci s’indignent fortement de la destruction de cet édifice qualifié de « petit joyau d’architecture » par le magazine Vanity Fair. Construit en 2001 par les architectes Tod Williams et Billie Tsien, le bâtiment a gagné de nombreux prix, notamment pour son plan et sa texture en bronze blanc jugés très originaux. Face à cette décision, la colère mais également l’incompréhension se sont exprimées dans la presse. On pouvait par exemple lire le 9 janvier sur le site web de critique architecturale ArchDaily : « Que cette démolition soit le fait d’une institution culturelle telle que le MoMA est incompréhensible ». Simeon Bankoff, directeur du Historic Districts Council dont les propos sont recueillis par le New York Daily News, évoque un fait paradoxal : « [Le MoMA] qui a eu les premières et plus importantes collections d’architecture et de design du monde, semble considérer l’architecture comme le plus remplaçable de tous les arts ».

Contrairement aux critiques de la Big Apple, ceux du Los Angeles Times sont beaucoup moins hostiles au projet et saluent même l’initiative du MoMA. Ils affirment que cet agrandissement du musée procurera une meilleure expérience aux visiteurs. Que l’on soit pour ou contre, force est de constater qu’il est toujours difficile de voir disparaître un élément architectural inscrit dans le patrimoine culturel d’une ville comme New York.

 

 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE