Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_4 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Astérix et l’exposition magique à la BnF

Magali Lesauvage 21 novembre 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Héros national, Astérix est célébré dans une réjouissante expo à la BnF, suite au don par Albert Uderzo de 120 planches originales de la fameuse bande dessinée. L’occasion de retrouver les aventures des célèbres Gaulois et de replonger en enfance sans retenue, comme Obélix dans le chaudron de potion magique.

Astérix et le chaudron, planche 13. Texte : René Goscinny. Dessin : Albert Uderzo. Édition originale, Paris, Dargaud, 1969. BnF, département Littérature et art © 2013, Les Éditions Albert René/Goscinny-Uderzo (rééd. chez Hachette).

Pour peu que l’on ait été, comme des millions d’autres enfants, avide lecteur de bande dessinée, Astérix et Obélix, c’est du par cœur. Chaque réplique fameuse écrite par Goscinny (« Par Toutatis ! », « Ils sont fous ces Romains », « Les Gau… les GauGau… Les Gaulois ! »), chaque détail graphique dans le tracé souple mais vigoureux d’Uderzo est une miette de madeleine proustienne, qui chaque fois fait ressurgir d’innombrables moments de l’enfance. Ceux où, rentrant de l’école, on se jetait avec une extrême concentration dans l’énième lecture de l’un des quelques trente albums relatant les aventures des invincibles Gaulois – lesquels albums gardent encore, dans les pages collées par la confiture du goûter, la trace de notre ardeur.

L’exposition de la Bibliothèque nationale de France a le mérite de redonner vie à ces instants de bonheur. Tout en offrant une documentation extrêmement précise, de la genèse d’Astérix, avec la rencontre entre le scénariste Goscinny et le dessinateur Uderzo et les sources du mythe gaulois (tableau pompier et objets archéologiques à l’appui), à l’évocation d’un succès planétaire (avec plus de 350 millions d’albums vendus dans le monde), via notamment les produits dérivés, les films ou encore la réussite du Parc Astérix.

La timeline d’Astérix et Obélix dans l’exposition Astérix à la BNF !

Ainsi est-on heureux comme un gosse de retrouver tour à tour Panoramix le druide, Assurancetourix le barde, ou Ordralfabétix le poissonnier, et leurs éternelles rengaines (« Il est pas frais mon poisson ? »). Ou encore de redécouvrir aux côtés des deux amis les contrées traversées – l’Égypte et sa caractérielle Cléopâtre, la Grande-Bretagne et son étiquette marquée par le tea time, la Belgique et ses chopes de cervoise, les Ibères rigoureux et les Corses susceptibles.

Se livrant à une reconstitution historique de l’Antiquité aux rares anachronismes (généralement assumés), Goscinny et Uderzo dessinent par là-même les traits stéréotypés d’un certain caractère « gaulois », pour le moins difficile et indépendant (Astérix naît en 1959, année de l’élection de Charles de Gaulle, farouche opposant à « l’envahisseur » américain), très bagarreur, mais prompt à la blague. C’est aussi l’occasion de redécouvrir les modes de vie, l’architecture et les œuvres de l’Antiquité – que l’on songe aux extraordinaires dessins en pleine page de l’ancienne cité de Rome, des pyramides de Gizeh, ou encore des fameux banquets célébrant la fin de chaque aventure.

Astérix légionnaire, planche 31. Texte : René Goscinny. Dessin : Albert Uderzo. Édition originale, Dargaud, 1967. BnF, département Littérature et art © 2013, Les Éditions Albert René/Goscinny-Uderzo.

C’est autant dans ces dessins panoramiques à la composition complexe, que dans les détails tracés que le talent d’Uderzo prend toute son ampleur – et que l’on peine malheureusement à retrouver dans l’album Astérix chez les Pictes publié ce mois-ci, écrit par Jean-Yves Ferri et dessiné par Didier Conrad. Un dessin au tracé aussi vif que le petit Astérix, parfois précis comme une miniature médiévale, délié de manière à remplir harmonieusement chaque case. Quelques incursions dans l’histoire de l’art y sont sensibles (ainsi la reprise du Radeau de la Méduse de Géricault ou du Repas de noces de Bruegel), quand le dessinateur ne s’amuse pas à pratiquer la caricature pour créer certains de ses personnages : Bernard Blier en chef de la police secrète romaine, Lino Ventura en centurion, Kirk Douglas en Spartacis, copie conforme de son Spartacus, et même Jacques Chirac en Romain corrompu.

En 2011, trente-quatre ans après la disparition de son complice René Goscinny, Albert Uderzo (aujourd’hui âgé de 86 ans) faisait le don exceptionnel à la BnF de dizaines de planches originales d’Astérix. Lequel, à notre plus grande joie, entre ainsi au musée pour une expo qui nous fait l’effet d’une potion magique.

ASTÉRIX À LA BNF !

16/10/2013 > 26/01/2014

BnF - Bibliothèque nationale de France – site François-Mitterrand

PARIS

Une grande exposition sur Astérix, la célèbre bande dessinée savourée depuis plus de 50 ans par petits et grands au fil de 34 albums, b...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE