Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Au FRAC Nord-Pas de Calais, « l’intuition obsédante » de Lacaton & Vassal

Magali Lesauvage 20 novembre 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Dans le cadre des 30 ans des Fonds régionaux d’art contemporain, c’est au tour de celui du Nord-Pas de Calais, situé à Dunkerque, d’inaugurer son nouveau bâtiment, dessiné par les architectes du Palais de Tokyo, Lacaton & Vassal. Visite entre ciel et mer, la veille de l’ouverture au public le 16 novembre.

Le FRAC Nord-Pas de Calais face à la mer, à Dunkerque.

« L’émotion que nous avons ressentie en découvrant le volume de l’AP2 est devenue une intuition obsédante ». C’est ainsi qu’Anne Lacaton évoque sa première rencontre, face à la mer du Nord, avec le bâtiment des anciens Chantiers navals de France qu’elle avait en charge, avec Jean-Philippe Vassal, de réhabiliter pour y installer le nouveau FRAC Nord-Pas de Calais. Autour, un paysage ras, les autres édifices, où furent construits des centaines de navires aux proportions gigantesques, ayant été presque tous détruits. Ici le ciel balaie la côte à grand vent, la mer formant avec la digue une série de lignes horizontales où le moindre élément vertical se détache fortement.

L’AP2 (Atelier de Préfabrication n°2), bâti en 1945, est un symbole pour la communauté dunkerquoise. Dans ses 5000 m² sont passés des centaines d’ouvriers et ont été construits, jusqu’à sa fermeture définitive en 1988, quelques 80 bateaux – paquebots de croisière, cargos, navires-hôpitaux, navires de guerre, pétroliers, porte-conteneurs – , certains mesurant près de 200 mètres de long… Lieu de mémoire, l’AP2 est surnommé par les habitants de la région « la Cathédrale », en raison non seulement de ses proportions (75 mètres de long, 25 de large, 30 de haut), mais aussi de sa fonction d’édifice social rassembleur, tel que pouvait être celle d’une cathédrale au Moyen Âge. Il est aujourd’hui pour les anciens des Chantiers navals comme pour les Dunkerquois un véritable monument, un marqueur de la fierté ouvrière.

« Faire sortir le programme à l’extérieur »

Un bâtiment, nous rappelle Anne Lacaton, qui impose le respect, et une certaine finesse dans son appréhension. D’où le dilemme des architectes : le mettre aux normes aurait signifié le détruire, il fallait donc « reconfigurer la solution ». De là est née l’idée géniale de « faire sortir le programme à l’extérieur » : garder l’édifice originel et poser à côté son double. Tel une architecture fantôme, la structure construite le long de la première est une enveloppe aux mêmes dimensions que l’AP2 – l’architecture interne et les matériaux sont différents. La halle demeure ainsi quasi intacte, notamment sa grande porte et son sol (qui peut supporter de très grandes charges grâce à une structure métallique), et pourra accueillir œuvres monumentales et concerts.

Vue de l’intérieur de l’AP2, FRAC Nord-Pas de Calais, Dunkerque.

À côté, l’enveloppe transparente protectrice (un doublage en coussins d’ETFE, « éthylène tétrafluoroéthylène », ayant une plus grande résistance à l’usure et aux températures extrêmes que le verre) abrite une boîte, dans laquelle sont superposées les diverses fonctions (salles d’expo, cinéma, bureaux, laboratoire de médiation, café…). Au sommet un belvédère offre une vue ébouriffante vers la mer d’un côté, et la ville de l’autre. À l’intérieur la lumière métallique de la mer du Nord, légèrement bleutée par les parois plastiques, entre par flots continus. Les espaces sont vastes, malléables, fonctionnels – 1000 m2 de cimaises démontables sont prévues. En ce qui concerne le financement, les travaux engagés pour le tout, réalisé en béton et éléments préfabriqués, aura coûté moins cher que le budget initial (12 millions d’euros au lieu de 13).

Véritable phare placé à la proue de Dunkerque et de la région Nord-Pas de Calais, où le chômage est en hausse constante mais les propositions culturelles toujours plus variées, le nouveau FRAC est désormais, au même titre que la Tate Modern de Londres et son Turbine Hall, un exemple brillant de recyclage de l’architecture industrielle. À charge désormais à sa directrice Hilde Teerlinck et à ses équipes, de donner vie à cette belle coquille de la plage dunkerquoise.

LE FUTUR COMMENCE ICI

16/11/2013 > 27/04/2014

FRAC Nord-Pas de Calais

DUNKERQUE

L’exposition inaugurale «Le Futur commence ici» propose au visiteur une découverte de la collection du Frac Nord-Pas de Calais. Cette c...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE