Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS

LA NEWSLETTER

L’amour gay censuré par le Vatican

Stéphanie Broisat 10 octobre 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Une exposition de photographies montrant des couples de même sexe s’embrasser dans des lieux de culte a été censurée suite à une lettre du Vicaire de Rome, s’appuyant sur le caractère soi-disant ostentatoire de l’événement. Rappel des faits.

© Gonzalo Orquin.

Malgré l’allocution du pape François sur l’ouverture de l’Église à la question de l’homosexualité, il semblerait que les actes aient quelques difficultés à suivre. Le 25 septembre 2013 devait avoir lieu à la Galleria Opero de Rome le vernissage de l’exposition de l’artiste espagnol Gonzalo Orquin, qui, à travers sa série de photographies, Si Quiero, montrait des couples de même sexe se donner un baiser devant l’autel de différentes églises de Rome.

Cependant, le Saint-Siège a jugé cet événement artistique une « offense à la spiritualité du lieu », demandant expressément le retrait des clichés litigieux sous peine d’une poursuite en justice. Selon lui, ces photos « pourraient heurter le sentiment religieux des fidèles », allant même jusqu’à affirmer que « l’Eglise est contre cette exposition ». Le porte-parole du Vatican, Claudio Tanturri, a par ailleurs expliqué que ces photos violaient la constitution italienne : « La Constitution italienne protège le sentiment religieux d’une personne et la fonction des lieux de culte. C’est pour cela que ces photos ne conviennent pas et offensent la spiritualité du lieu ».

Après avoir consulté ses avocats, Gonzalo Orquin a décidé « pour des raisons de sécurité, de ne pas montrer les photographies ». L’intégralité des clichés incriminés ont donc été recouverts d’un cache noir, et une série de croix noires a été placée en-dessous de l’ensemble afin d’indiquer l’origine de la censure. L’artiste a publié le résultat obtenu sur sa page Facebook.

© Gonzalo Orquin.

Croyant, Gonzalo Orquin déplore que son message ait été uniquement perçu comme « provoquant et frivole », même s’il place malgré tout beaucoup d’espoirs dans le pape François. Comme l’a indiqué l’artiste au Figaro, son travail « ne porte pas sur le Vatican, il s’agit d’une réflexion sur l’amour ».

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE