Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Galeries à Paris : les expos de la rentrée

Magali Lesauvage 3 octobre 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

C’est la rentrée, et quelle rentrée ! Les galeries parisiennes sont déjà dans les starting blocks pour la FIAC (qui ouvrira ses portes du 24 au 27 octobre), et le programme qu’elles proposent cet automne est d’une richesse incroyable. Aussi notre sélection de 10 expos est-elle forcément partielle – mais dites-vous que dans trois semaines vous pourrez voir tout cela au Grand Palais. Révisions avant le grand raout.

Tatjana Doll, rip_looking for the perfect beat (douanier rousseau), 2012-2013, courtesy galerie Jean Brolly, Paris.

. Tatjana Doll, raster image processing* balthus, beckmann, delacroix, kirchner and douanier rousseau galerie Jean Brolly (jusqu’au 12 octobre) : l’artiste allemande Tatjana Doll passe au pinceau brut cinq toiles majeures de l’histoire de la peinture moderne (par Balthus, Beckmann, Delacroix, Kirchner, le Douanier Rousseau). Un travail à la fois ironique et puissamment expressif.

. Eric Duyckaerts, FoxP2 – galerie Martine Aboucaya (jusqu’au 12 octobre) : le langage d’Eric Duyckaerts suit les nœud de sa pensée, nœuds que l’artiste-performeur aime à représenter, tout comme l’ADN déployé en gaies guirlandes. Son hilarante vidéo Fox P2 le montre expliquant l’origine du gène du langage depuis la Préhistoire. Éloquent !

Paginations et machinations – galerie Air de Paris (jusqu’au 31 octobre) : des œuvres qui pourraient être des livres, des livres qui pourraient être des œuvres, des pages destinées à se lier pour former un tout, tel est le thème de l’expo collective d’Air de Paris qui rassemble des artistes précieux : Joseph Grigely, Dorothy Iannone, Aaron Flint Jamison, Mrzyk & Moriceau, Allen Ruppersberg. Il faut aller rue Louise-Weiss.

Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla, Apotome, 2013, film. Courtesy galerie Chantal Crousel, Paris.

. Jennifer Allora & Guillermo Calzadillagalerie Chantal Crousel (jusqu’au 16 octobre) : les deux artistes américains présentent leurs deux derniers films dans le cadre du Festival d’Automne (à voir également au Muséum d’Histoire naturelle), où il est question de musique, d’éléphant et de statuette préhistorique.

. Robert Breergb agency (jusqu’au 17 octobre) : l’œuvre de l’Américain Robert Breer, disparu en 2011, reste toujours d’actualité, comme le démontre cette exposition personnelle rassemblant films expérimentaux, peinture abstraite, Floats (sculptures mobiles) et études dessinées.

. Pierre Bismuth, Jugement civil no 71/2013 – galerie Bugada & Cargnel (jusqu’au 12 octobre) : drôle d’idée que celle qui préside à l’organisation de cette exposition. Ne sont visibles là que des œuvres de Pierre Bismuth invisibles depuis 2006 (un an après qu’il ait reçu avec Michel Gondry et Charlie Kaufman l’Oscar du meilleur scénario pour le film Eternal Sunshine of the Spotless Mind), suite à un conflit avec son ancienne galerie, qui les retenait abusivement. Heureuses retrouvailles Pierre !

Vue de l’exposition Bertrand Lavier, Walt Disney Productions 1947-2013 à la galerie Yvon Lambert, Paris, 2013.

. Bertrand Lavier, Walt Disney Productions 1947-2013galerie Yvon Lambert (jusqu’au 12 octobre) : on retrouve avec joie chez Yvon Lambert les toiles et sculptures de Bertrand Lavier, vues au Centre Pompidou l’an passé, sortes de délire post-surréaliste à partir des formes de l’univers Disney. Une réflexion drolatique sur la culture pop et le recyclage des formes.

. PUNK cabinet of curiosities MADE IN Raymond Pettibon: 1978-1986 galerie Michèle Didier (jusqu’au 16 novembre) : la galerie se transforme en « cabinet de curiosités punk » pour faire place aux créations de jeunesse de l’artiste américain Raymond Pettibon, notamment pour le groupe Black Flag. Et tout s’achète également sur le site de la galerie.

. Matt Mullican, Collecting for the studio 1959-2013 galerie Nelson-Freeman (jusqu’au 9 novembre) : un cabinet de curiosités encore, mais cette fois-ci très personnel, celui de l’artiste Matt Mullican, qui collectionne des objets depuis son enfance, pour les organiser selon un dispositif précis. Il montre cette fois-ci pierres taillées préhistoriques, lingams, comic books et livres de gravures en regard de ses propres peintures et dessins.

. Hans Schabus, Passager clandestingalerie Jocelyn Wolff (jusqu’au 2 novembre) : matières et esthétique brutes sont ce qui font généralement la saveur âpre et fraîche à la fois des expositions de la galerie Jocelyn Wolff, sur les pentes de Belleville. C’est une fois de plus le cas avec l’intransigeant Autrichien Hans Schabus, qui pose des pans de caravane comme une sculpture, présente de dessins faits à l’aveugle, et une « colonne construite à partir de rouleaux de papier toilette, (…) comme un gardien du temps visible ». Rafraîchissant, on vous dit.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE