Disallowed Key Characters.
Magazine » Comptes-rendus
Actualités - Comptes-rendus - Voir + clair - Entrer dans l'œuvre - Entretiens - Voir + loin



LA NEWSLETTER

À Jacquemart-André, les beautés victoriennes séduisent encore

Stéphanie Broisat 17 septembre 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

L’exposition Désirs & volupté à l’époque victorienne au musée Jacquemart-André met en lumière pour la première fois en France les artistes britanniques célèbres sous le règne de la reine Victoria. De Sir Lawrence Alma-Tadema à Albert Moore, tous célébraient le culte de la beauté féminine. L’occasion de revisiter un courant artistique étouffé par les premières heures de l’impressionnisme. 

Lawrence Alma-Tadema, Les Roses d’Héliogabale, 1888, Mexico, collection Pérez Simón © Studio Sébert Photographe.

Tantôt muses dénudées, héroïnes fatales ou figures fantasmées, les femmes peintes à l’époque victorienne incarnent un idéal de beauté et de perfection. Mises en scène dans des décors somptueux rappelant le symbolisme hérité des préraphaélites, ces représentations, à l’opposé d’une époque régie par la rudesse et la rigueur morales, sont des plus surprenantes.

Et pourtant… Passionnée par la culture antique et son raffinement, la haute bourgeoisie de la fin du XIXe siècle s’attarde sur les découvertes archéologiques de Grèce et d’Italie. Celles-ci ravivent la nostalgie de l’âge d’or, conçu comme une ère de luxe et de plaisirs dans des paysages nimbés de soleil. Des peintres nourris de rêveries éveillées décident dès lors de redonner vie à ce passé tant fantasmé, guidés par une seule volonté : faire du corps féminin le symbole de l’ultime perfection.

Les œuvres exposées au musée Jacquemart-André, dont certaines sont de véritables icônes de l’art britannique (on peut citer Les Roses d’Héliogabale d’Alma-Tadema ou encore Andromède de Poynter), offrent un aperçu de l’« aesthetic movement », conception superficielle et triviale de la réalité. Un mouvement faisant peu de cas des aspirations artistiques qui secouaient alors l’Europe, ce qui explique sans doute sa difficulté à s’imposer en France, fascinée par sa propre révolution picturale, l’impressionnisme. Tandis qu’ici on rêve d’une peinture résolument novatrice dans sa technique comme dans ses thèmes, la nouvelle garde britannique n’ambitionne que de rompre avec un art actuel qu’elle juge « dégénérescent ».

Dans un monde passéiste où l’histoire et la légende se mélangent, l’Antiquité trouve un écho dans les toiles de Moore ou de Leighton, tandis que Waterhouse ou Strudwick lui préférent une inspiration médiévale, fortement présente dans la littérature anglaise, de Walter Scott à Alfred Tennyson. Mais chacun de ces peintres s’accorde pour allier la vraisemblance la plus palpable à la fantaisie la plus inspirée. Car il s’agit de peindre le rêve de la beauté avec le plus de vérité possible, afin qu’il soit plus séduisant que la réalité elle-même.

Edward Burne Jones, Fatima, 1862, Mexico, Collection Pérez Simón © Studio Sébert Photographe.

Ainsi, tout en s’inspirant d’Ingres et de sa Source,  Leighton donne à Crenaia de jolis cheveux courts et le teint diaphane de sa muse Dorothy Dane, offrant à cette jeune femme irlandaise une sensualité saisissante, hypnotique. Épouse, amante ou simple inconnue rencontrée au hasard, les modèles des artistes nourrissent un imaginaire baigné de poésie et de mélancolie, comme dans cette toile de Talbot Hugues, Le sentier de l’amour n’a jamais été facile, inspirée du Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare.

La première guerre mondiale met fin à ce moment d’insouciance généralisé dans la peinture britannique, faisant tomber dans l’oubli une production riche et créative, tissé de passions amoureuses, de faste et de figures féminines blondes ou rousses, dont l’esthétisme passé séduit encore.

DÉSIRS & VOLUPTÉ À L’ÉPOQUE VICTORIENNE

13/09/2013 > 20/01/2014

Musée Jacquemart-André

PARIS

Le Musée Jacquemart-André met à l’honneur la peinture victorienne (1860-1914).

Durant le règne de la Reine Victoria (1837...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE