Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS
expo_cercle_5 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS

LA NEWSLETTER

Pablito, le robot qui inspecte de près les toiles de maîtres

Stéphanie Broisat 2 août 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Dans le sous-sol du musée Reina Sofia de Madrid se déplace une drôle de créature. Un robot géant, baptisé du nom de Pablito, aide à la restauration des tableaux. Présentations.

Le robot Pablito au musée Reina Sofia de Madrid © Dominique Faget/AFP.

Mesurant 9 mètres de long et 3,5 mètres de haut pour 1,2 tonnes, Pablito erre dans la réserve du musée d’art moderne de Madrid depuis 2012. Son rôle ? Prendre des clichés des toiles à rénover afin de fournir un outil précieux pour les restaurateurs. Les photos prises par la machine, utilisant des rayons infrarouges et ultraviolets, aident les experts à analyser l’état de conservation du tableau. Ainsi, il est possible de détecter grâce à cette machine les craquelures et les rayures mais aussi les couches de peintures initiales, invisibles à l’œil nu, comme l’explique Humberto Duran, 47 ans, l’informaticien spécialisé en restauration de toiles qui a supervisé la conception du robot.

Il a déjà été utilisé pour la restauration d’une dizaine d’œuvres (dont Guernica de Picasso, dont il a réalisé près de 22 000 clichés, et plusieurs toiles de Miró, dans le cadre de la préparation d’une exposition aux Etats-Unis l’an prochain). Un partenariat d’une valeur de 150 000 euros a été passé avec le géant des télécommunications Telefonica pour développer Pablito.

Le robot, qui peut travailler 24 heures sur 24, sans surveillance, se déplace avec une précision de 25 microns, ou 25 millièmes de millimètre, et peut être programmé pour prendre des photos de près ou de loin. Il a été conçu « de manière à ne jamais toucher le tableau », souligne Jorge Garcia, chef des services de restauration du musée, qui ajoute : « Nous parvenons à déterminer avec une extrême précision l’état du tableau, des différentes couches de peinture, quels problèmes existent ou simplement comment il a été exécuté ».

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE