Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

L’héritage de Picasso pillé

Stéphanie Broisat 23 juillet 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Catherine Hutin-Blay, fille de Jacqueline, la dernière épouse de Picasso, a révélé dans une interview donné au Parisien le vol de plus de 400 dessins de l’artiste qu’elle avait hérité à la mort de sa mère. L’auteur de ces vols serait l’homme de confiance de Sylvie Balatazart-Eon, fille du marchant d’art Aimé Maeght.

Un de dessins de Pablo Picasso provenant de la collection privée de la belle-fille du peintre © REUTERS/Ilya Naymushin.

Suite à la mise en vente d’une œuvre dont elle était propriétaire dans une galerie parisienne, Catherine Hutin-Blay réalise l’impensable. Quatre cent sept œuvres de son beau-père datant de 1930 jusqu’au début des années 1970 sont portées disparues. Pour l’héritière, c’est un choc : « Tout ça est extrêmement douloureux ! Ça me bouleverse à un point inimaginable. Et pas pour les répercussions que l’ont pourrait imaginer… Dès l’âge de quatre ans, j’ai vécu avec Pablo. J’ai été sa fille de lait », explique-t-elle, avant d’ajouter : « Les vols ont eu lieu entre 2005 et 2007, lorsque je les ai découverts, en 2011, j’ai soupçonné tout le monde. Puis on est remontés jusqu’à ce Freddy, qui travaillait pour Sylvie Baltazart-Eon », et qui selon elle faisait des travaux de jardinage dans sa précédente maison, et en aurait profité pour faire le double de ses clés.

Catherine Hutin-Blay ne serait pas la seule victime puisque Sylvie Baltazart-Eon aurait également subit la perte de 206 œuvres, dont des gravures de Miró aujourd’hui retrouvées suite à la perquisition menée à la galerie Anne Pfeiffer à Saint-Germain-des-Prés, qui nie aujourd’hui être au courant de ce trafic d’œuvres d’art.

Malgré la récupération d’une vingtaine de biens disparus, l’héritière craint que ces dessins et autres aquarelles soient partis à l’étranger, rendant leur retour beaucoup plus difficile.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE