Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 VIVRE !

18/10/2016 > 08/01/2017

Musée de l'histoire de l'immigration - PARIS

LA NEWSLETTER

Le trésor d’Eberswalde, butin de guerre que se disputent l’Allemagne et la Russie

Stéphanie Broisat 12 juillet 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Depuis plusieurs décennies, les rapports germano-russes ne sont pas au beau fixe. Une nouvelle polémique vient s’ajouter à la longue liste qui oppose les deux pays, via l’affaire du trésor d’Eberswalde. Retour sur les faits.

Fac-simile de quelques éléments du trésor d’Eberswalde exposés au Musée de la Préhistoire de Berlin © Andreas Praefcke.

En voyage en Russie à l’occasion d’un forum économique, Angela Merkel a assisté au vernissage de l’exposition L’Âge de bronze, l’Europe sans frontières au Musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, exposition comportant 1700 artefacts, dont 600 provenant du trésor d’Eberswalde, l’un des principaux trésors en Europe centrale de cette période préhistorique, spolié par les Soviétiques durant la seconde guerre mondiale. L’occasion pour la chancelière de rappeler que ces objets, de propriété allemande, devraient revenir dans leur pays d’origine. Une demande officielle restée sans suite de la part du président Vladimir Poutine, arguant le désintérêt possible du public quant au lieu de conservation de ces fameuses pièces de collection.

Pourtant, ce trésor n’est qu’une goutte d’eau dans le différend qui empoisonne les relations entre l’Allemagne et la Russie depuis des décennies. Selon le gouvernement fédéral allemand, le butin de guerre russe s’élèverait en tout et pour tout à plus d’un million d’objets d’art et culturels, dont 200 000 d’importance muséale. S’ajoutent à cela quatre million de livres et l’équivalent de trois kilomètres de rayonnages d’archives, toujours détenus par la Russie.

En 1998, le butin de guerre a par ailleurs fait l’objet d’une loi, stipulant que le trésor appartenait désormais à la patrie russe. Considérant une implication trop importante de la part des soldats soviétiques, qui ont payé de leur vie l’obtention de ces objets, la Russie se devait de préserver cette collection, en leur mémoire. Il n’en est pas de même du côté allemand, qui conteste cette loi, la jugeant contraire au droit international.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE