Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Trois artistes au BAL, tragiques

Maxence Quillon 21 juin 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

L’espace du BAL, à Paris, accueille jusqu’au 25 août une exposition intitulée Ready (to be) made. Les performances de Bas Jan Ader et les photographies de Taiyo Onorato et Nico Krebs qui sont présentées mettent en scène l’absurdité des choses avec une ironie mi-tragique, mi-rieuse.

Taiyo Onorato & Nico Krebs, Red Glow, 2006 © DR.

Le rez-de-chaussée du BAL accueille quatre performances filmées du cinéaste néerlandais Bas Jan Ader, réalisées en noir et blanc en 1970 et 1971. Sur les vidéos Fall I et Fall II, on le voit tomber du toit d’une maison ou chuter avec son vélo dans un canal d’Amsterdam ; dans Broken Fall (Organic), l’artiste est accroché à une branche d’arbre, au-dessus d’un ruisseau dans lequel il finit, bien sûr, par tomber. René Viau, critique d’art, affirme que « les performances filmées de ce cascadeur de l’absurde témoignent d’une certaine forme d’héroïsme dandy ». La chute, chez Bas Jan Ader, semble inéluctable, et son « art conceptuel » qui le provoque et l’exhibe avec détachement, ne va pas sans tragique ni émotion.

Les nombreuses photographies de Taiyo Onorato et Nico Krebs qui sont exposées sur les cimaises du sous-sol détournent la réalité avec plus de légèreté. Ici, l’on voit une route qui tourne en rond au milieu de nulle part (Happy ending), là un lit de motel se retrouve perché sur des branches en forêt (Motel piece 1), et là encore, les pylônes électriques tendent de multiples fils en l’air ou vers le sol (Wires). Pourtant, bien des photographies laissent planer une inquiétude diffuse. On ne voit pas un seul homme sur les vues immenses et vides des paysages américains de la série The Great Unreal (2005-2012), ni sur les immeubles fantomatiques qui, dans la série en noir et blanc Constructions (2009-2012), se dressent, un peu absurdes, en attendant d’être achevés. Et que penser de la route de Broken Street Line qui se précipite dans un ravin ?
Certaines photographies quant à elles, semblent éreinter ouvertement le consumérisme moderne : sur la photographie Red Glow ci-dessus, on voit, en arrière-plan, un grand panneau publicitaire, ébloui de rouge et qui se dresse dans un matin prometteur de l’Ouest américain. Mais, au premier plan, en bas d’un pylône, un balai traîne par terre à côté d’un carton déplié qui abrite sans doute un clochard. On ne peut s’empêcher de sourire devant ce triomphalisme publicitaire qui paraît bien insolent à côté de la vie réelle. On peut penser aussi à ces deux photos en noir et blanc prises en 2006 et proches l’une de l’autre sur la cimaise : l’une montre un hamburger avec frites et Coca sur une table de nuit (Value Meal), l’autre donne à voir une vache couchée, lasse, dans un enclos de terre battue (Cow) : de là à penser que le destin de cet animal, dans notre univers de fast-food, est de finir sur une table de nuit, il n’y a qu’un pas, que le visiteur fera si bon lui semble.
READY (TO BE) MADE

30/05/2013 > 01/09/2013

Le BAL

PARIS

À plusieurs générations d'écart, l'œuvre de Bas Jan Ader, artiste néerlandais né en 1942 et émigré en 1963 en Californie, et celle ...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE