Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 VIVRE !

18/10/2016 > 08/01/2017

Musée de l'histoire de l'immigration - PARIS

LA NEWSLETTER

Des dessins méconnus de Michel-Ange (re)découverts à Florence

Maxence Quillon 13 juin 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

La directrice du musée des chapelles Médicis de Florence, Monica Bietti, a présenté, lundi dernier à la presse, des esquisses méconnues que Michel-Ange (1475-1564) a dessinées sur le mur d’une pièce souterraine.

Dessins au fusain de Michel-Ange, découverts dans la basilique de San Lorenzo © AFP/Claudio Giovannini.

Les dessins au fusain qui ont été présentés aux journalistes ont été réalisés par Michel-Ange en 1530, sur les murs souterrains de la Basilique de San Lorenzo à Florence ; et la nouvelle reprise par l’AFP « a fait le tour des médias du monde », souligne Le Figaro.

Ces esquisses, peu connues du grand public, avaient pourtant été découvertes en novembre 1975 sous une chapelle de la basilique – la « Sacristie Neuve » – où reposent les corps des Médicis. La Tribune de l’art rappelle d’ailleurs que visiteurs et amateurs d’art ont déjà pu les admirer, avant que la salle souterraine ne soit fermée « probablement en raison de l’augmentation trop importante du nombre de touristes ».

Cette pièce étroite – sept mètres sur deux – avait servi de refuge à Michel-Ange entre juin et août 1530, pendant que les troupes espagnoles de Charles Quint assiégeaient Florence pour y rétablir la dynastie des Médicis. L’artiste, qui avait soutenu le peuple florentin contre le pouvoir des Médicis, craignait alors les représailles.

Pendant sa période d’isolement, le maître de la Renaissance italienne a couvert les murs des esquisses de ses œuvres passées ou à venir, souligne le Journal des arts  : « des souvenirs de son David ; des études de sa Leda, tableau qu’il a peint vers 1530 et aujourd’hui disparu ; et des préfigurations de motifs que l’on retrouvera sur les sculptures de la Sacristie Neuve et sur les murs de la Chapelle Sixtine ». Les spécialistes ont également identifié un autoportrait de l’artiste.

Monica Bietti a expliqué que la salle souterraine resterait fermée au public pour des raisons de sécurité et de conservation. Les dessins seront néanmoins visibles en 2014, pour le 450e anniversaire de la mort de Michel-Ange, à travers un dispositif multimédia installé au musée du Bargello, dans la Galleria dell’Accademia et la basilique de San Lorenzo.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE