Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Éphémère et Grande-Bretagne au programme du 3e Festival de l’histoire de l’art

Maxence Quillon 29 mai 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Fort de ses succès en 2011 et 2012, le Festival de l’histoire de l’art ouvrira sa 3e édition vendredi à Fontainebleau pour 3 jours, jusqu’à dimanche. Le somptueux château et la ville accueillent 200 événements qui déclinent le thème de l’éphémère en art, qu’il soit ancien, moderne ou contemporain. 

Anna Maria Maiolino, Street performance, Rua Carodoso Junior, Rio de Janeiro, 1981 © Service audiovisuel – Centre Pompidou, MNAM-CCI/Dist. RMN-GP.

La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, s’est félicitée du succès du jeune Festival de l’histoire de l’art, né en 2011 sous l’impulsion du ministère de la Culture, de l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) et du Château de Fontainebleau. Près de 20 000 visiteurs sont attendus cette année à cette manifestation dont la vocation est, selon les mots de la ministre, de « devenir le rendez-vous international des professionnels de l’histoire de l’art – qu’ils soient universitaires, conservateurs du patrimoine, éditeurs, libraires ou marchands d’art – réunis devant le large public des amateurs d’art, enseignants, collectionneurs, ou simplement curieux ».

Le festival met un thème et un pays à l’honneur chaque année. Après l’Italie et l’Allemagne, c’est au tour du Royaume-Uni de venir comparer ses méthodes d’histoire de l’art, ses politiques muséales ou ses institutions. Le thème de l’éphémère en art sera développé tout au long de ce week-end. « L’art de l’éphémère associe dans une parfaite harmonie l’architecture, la peinture, le costume, la musique et d’autres spécialités où leurs auteurs pouvaient exceller. Cela concerne les fêtes, mais aussi les représentations scéniques et les cérémonies, notamment les impressionnantes pompes funèbres », explique Jérôme de La Gorce, spécialiste des arts de l’éphémère de l’époque moderne et membre du comité scientifique du Festival de l’histoire de l’art.

Durant ces trois journées, Fontainebleau accueillera ainsi des rencontres, projections, visites guidées, performances, expositions, tables rondes et diverses lectures dans la ville, le château et ses jardins. Les visiteurs retrouveront également les rendez-vous annuels : le Forum de l’histoire de l’art (panorama de l’actualité du monde des arts), le Salon du livre et des revues d’art, et « Art & Caméra », la section film du Festival. Exemples de rendez-vous insolites : des conférences sur la sculpture en sucre dans l’Italie baroque, la fête dans l’East London des 80’s, la lumière de Fra Angelico ou sur l’emballage du Reichstag par Christo, la projection d’un film sur l’artiste Marina Abramovic, une initiation au jeu de paume ou une analyse de la performance La Messe pour un corps de Michel Journiac.

Le Festival est en accès libre et gratuit et les évènements qu’il propose s’adressent aussi bien au sens esthétique qui goûte qu’à la raison qui comprend. Les informations pratiques et le programme détaillé sont disponibles sur son site internet. À suivre également sur Facebook et Twitter.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE