Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

À Maubuisson, l’aventure intérieure des frères Chapuisat

Magali Lesauvage 25 avril 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

C’est encore à une expérience intense que nous convient les frères Chapuisat. Ils investissent cette fois-ci l‘abbaye de Maubuisson – ou plus exactement ses plafonds – pour un parcours ardu et ardent dans leur labyrinthique Buisson maudit. Visite (en tenue d’exploration).

Vue de l’exposition Le Buisson Maudit, Les Frères Chapuisat, abbaye de Maubuisson, 2013.

L’été dernier, on interviewait l’un des frères Chapuisat, Grégory, à propos de leur impressionnante installation en forme d’arche au trésor au LIFE de Saint-Nazaire. Perché sur le toit d’un chalet suisse, il nous lançait depuis la fenêtre Skype de notre ordinateur un « Je me balade comme un enfant joyeux ! » qui nous redonnait foi en l’innocence originelle de l’art.

Après avoir revêtu la « tenue d’exploration » conseillée par le centre d’art, on le retrouve, grand échalas à barbe longue, qui nous accueille au seuil de l’abbaye de Maubuisson, où il a bâti pendant plusieurs mois avec son équipe d’irréductibles son « Buisson maudit ». À plus de quarante ans, Grégory Chapuisat (qui mène les projets du duo depuis que son frère Cyril a choisi un mode de vie plus sédentaire) en paraît vingt de moins, tant l’enthousiasme et l’allégresse de créer semblent intacts.

À l’intérieur, l’éblouissement est total lorsqu’on découvre le gigantesque boyau de bois qui traverse et relie en leur sommet deux salles médiévales de l’abbaye. Entre sculpture, architecture et installation – sans compter l’aspect performatif qui implique qu’on la « pratique » –, l’œuvre échappe aux catégories artistiques définies. En chiffres, elle se résume à 2500 planches de bois (soit 47 m³), dont aucune ne se croise à angle droit, 44 000 vis, 10 techniciens, 10 semaines de montage et des centaines de pilotis. « On aurait pu continuer trois mois encore, aller à l’extérieur… Dans ce projet, il n’y a pas eu de censure de l’institution, ni d’autocensure », affirme Grégory Chapuisat. Quant à la longueur totale du parcours dressé sur des planches disposées en biais, on n’en saura rien : préserver son mystère étant sans doute la meilleure manière de ne pas décourager ceux qui sont tentés par l’aventure intérieure.

Les Frères Chapuisat, Le Buisson Maudit, salle du Chapitre, 2013. Production : abbaye de Maubuisson/Conseil général du Val d’Oise. Photo : Catherine Brossais © Conseil général du Val d’Oise.

Car, nous dit l’artiste, ce chemin « n’est pas pour tous » – sous-entendu qu’il y a une certaine difficulté physique à parcourir cet étroit labyrinthe, mais aussi que les voies des Chapuisat sont parfois impénétrables. Mystiques, Grégory et Cyril ? De toute évidence, ramper dans un circuit sombre et sinueux, perché à quelques mètres du sol dans un lieu dédié à la prière, a quelque chose de l’ordre du chemin de croix spirituel.

Et lorsque, finalement motivé par la sereine exaltation de ses bâtisseurs et l’envie de sensation esthétique, on se décide à pénétrer l’œuvre pour, après quelques minutes de contorsions, parvenir dans la chambre aménagée à l’extrémité, c’est une réelle apothéose. On se retrouve là à caresser les nervures des croisées d’ogives gothiques du XIIIe siècle, dans une sorte d’alcôve-nid aménagée en amphithéâtre, où la complicité se crée rapidement avec ceux qui ont « fait » le parcours – un peu comme lorsqu’on arrive en haut d’une montagne, et que l’on partage en silence la récompense de l’effort par la contemplation esthétique des sommets. L’ancienne salle du Chapitre dédiée à la lecture quotidienne de la règle bénédictine retrouve ainsi sa fonction première de lieu de méditation, à l’abri du monde et du siècle. Buisson béni.


LES FRÈRES CHAPUISAT

20/03/2013 > 03/11/2013

Abbaye de Maubuisson

SAINT-OUEN-L'AUMÔNE

Exposition personnelle des frères Chapuisat.
Les Frères Chapuisat réalisent des oeuvres aux confins de la sculpture monumentale et...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE