Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Jacques Demy et l’art : de Hopper à Cocteau, les artistes qui ont inspiré le cinéaste

Magali Lesauvage 16 avril 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Jacques Demy « l’enchanteur » est célébré à la Cinémathèque française, grâce à une exposition et une rétrospective intégrale de ses films. L’émotion que provoque la visite de l’expo comme l’émerveillement face aux extraits des Demoiselles de Rochefort ou de Peau d’âne démontrent l’attachement intact à son cinéma. Si la musique est un élément essentiel de son univers, l’expo permet de comprendre à quel point le visuel et notamment le rapport à l’art sont primordiaux chez Demy, dont sont présentées les toiles et les photos. De Hopper à Cocteau, voici 7 artistes dont l’œuvre gravite dans la constellation Demy.

Couleur et mélancolie à la Hopper

Catherine Deneuve et Françoise Dorléac sur le tournage des Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy, en 1966. Photographie Hélène Jeanbrau © 1996 – Cine-Tamaris.

Rues bleutées et désolées du port normand des Parapluies de Cherbourg, couleurs éclatantes de la ville ensoleillée des Demoiselles de Rochefort : le cinéma de Demy est un Technicolor qui n’a rien à envier aux toiles de l’Américain Edward Hopper, dont on retrouve dans le regard lunaire des sœurs Dorléac la mélancolie des figures féminines.

Espaces vides et Californie à la Ed Ruscha

Photographie prise par Jacques Demy à Los Angeles, ca. 1980 © Succession Demy.

L’exposition de la Cinémathèque présente une œuvre d’Ed Ruscha, l’une de ses célèbres sérigraphies de stations-services de la série Standard Station. Manière de rappeler l’importance dans les films de Demy des espaces vides – exemple la grande place de Rochefort – et des signes de la modernité, visibles notamment dans la Californie de Model Shop, tourné en 1968 à Los Angeles.

Héliotropisme et hédonisme à la David Hockney

Les toiles de Jacques Demy exposées à la Cinémathèque.

Jacques Demy peintre semble surtout influencé par l’hédonisme solaire – sensible dans les Demoiselles de Rochefort et la luxure hippie de Model Shop – du Californien David Hockney, dont est exposée l’une des Swimming Pools. On note également, dans ses nus solitaires sur la plage, une pointe de surréalisme à la Picasso ou à la Magritte.

Abstraction à la Calder

La galerie Lancien des Demoiselles de Rochefort reconstituée dans l’exposition à la Cinémathèque.

Reconstituée dans l’exposition, la galerie d’art moderne Lancien, où sont tournées plusieurs scènes des Demoiselles de Rochefort, abrite des œuvres de Pop Art et d’Op Art, un portrait de Delphine dans le style de Bernard Buffet, ainsi qu’un Mobile de Calder. L’intérêt de Jacques Demy pour l’art moderne se retrouve également dans sa manière d’abstractiser les formes et de rendre ses films très graphiques, par les couleur nettes et les motifs simples.

Violence à la Niki de Saint-Phalle (et les Nouveaux Réalistes)

L’œuvre inspirée des Tirs de Niki de Saint-Phalle, dans l’exposition à la Cinémathèque.

Dans la même scène de la galerie Lancien, on retrouve une œuvre qui évoque fortement les Tirs de Niki de Saint-Phalle : à proximité d’un revolver, des sacs de peinture sont suspendus au-dessus d’une toile, dont certains ont éclaté et laissé la couleur se répandre sur le support. Œuvres abstraites et colorées, les Tirs de la « Nouvelle Réaliste » n’en sont pas moins des témoignages de violence. Une violence sourde que l’on retrouve dans les films de Demy, où il est souvent question d’amour, mais aussi d’inceste (Peau d’âne, Trois places pour le 26), de mort (Une chambre en ville) ou de prostitution (Lola).

Intérieurs étouffants à la Vuillard

Richard Berry et Dominique Sanda Une chambre en ville de Jacques Demy, 1982. Photographie : Moune Jamet © 2008 Ciné-Tamaris.

Comme chez le peintre nabi Edouard Vuillard (et son confrère Pierre Bonnard), Jacques Demy surcharge de motifs décoratifs et de couleurs saturées les intérieurs dans lesquels les personnages étouffent de leur propre vie : couple déchiré d’Une chambre en ville, corps contraint de Lola, destins inextricables des Parapluies de Cherbourg, drame rouge sang de Parking.

Onirisme surréaliste à la Cocteau

Catherine Deneuve dans Peau d’âne de Jacques Demy, 1970. Photographie : Michel Lavoix © 2003 Succession Demy.

Grand admirateur de Jean Cocteau et de La Belle et la Bête, Demy s’en inspire largement pour adapter le Peau d’âne de Charles Perrault, avec Catherine Deneuve et Jacques Perrin, dont on retrouve les motifs fétiches : robes féeriques, miroir, château, rose, etc. En 1985, il fait également jouer son idole Jean Marais dans son avant-dernier film Parking, inspiré de l’Orphée de Cocteau, bouclant ainsi la boucle.

LE MONDE ENCHANTÉ DE JACQUES DEMY

10/04/2013 > 04/08/2013

La Cinémathèque française

PARIS

Le cinéma de Jacques Demy dessine un monde. Un monde de villes portuaires (Nantes, Nice, Cherbourg, Rochefort, Los Angeles, Marseille) trav...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE