Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Un musée palestinien ouvrira ses portes à Ramallah en 2014

Laura Heurteloup 4 avril 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

En mars dernier, tandis que les Palestiniens manifestaient contre la venue de Barack Obama, Jack Persekian annonçait l’ouverture du Palestinian Museum à Ramallah. Un projet qui tarde à voir le jour mais qui devrait accueillir ses premiers visiteurs en 2014.

Projet architectural du Palestinian Museum créé par le cabinet irlandais Heneghan Peng © Heneghan Peng Architects

En attente depuis 1997, le projet du Palestinian Museum, financé et initié par la Welfare Association, regroupant des fonds privés, devrait finalement voir le jour. Annoncée par Jack Persekian à Art Dubaï, qui se tenait du 20 au 23 mars, son ouverture prévue à l’automne 2014 a réjoui l’assemblée présente à la plus grande foire d’art contemporain du Moyen-Orient.

Jack Persekian, qui sera le directeur du futur musée palestinien à Ramallah en Cisjordanie est également le fondateur de la galerie Anadiel et dirige le Al-Ma-mal Foundation for Contemporary Art à Jérusalem. Entouré d’une dizaine de personnes, il a en charge la bonne conduite de ce projet architectural (créé par le cabinet Heneghan Peng) et culturel d’envergure, d’un coût de 11 millions d’euros. La construction devrait se dérouler en deux temps : « Nous avons volontairement planifié la construction du musée en deux phases, avec l’inauguration de 3000 mètres carrés l’an prochain, puis de 6000 mètres carrés supplémentaires environ cinq ans plus tard, pour se laisser le temps de monter en puissance » (Le Journal des Arts). Dédié à l’Histoire, la culture et la société palestinienne du XIXe siècle à nos jours, l’espace constitué de salles d’exposition, d’un amphithéâtre, de boutique, d’un auditorium et de salles de cours se doit de « fédérer, mettre en réseau et reconnecter les Palestiniens restés au pays avec la diaspora internationale ». Pour toucher une population parfois isolée, Jack Persekian souhaite que le musée soit accessible sur Internet, une initiative « indispensable car la Palestine est un territoire difficile d’accès, y entrer comme en sortir est compliqué » (Le Journal des Arts).

Pour le moment, The Palestinian Museum ne possède pas de collection propre, mais elle devrait être enrichie avec les dons et les expositions mises en place.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE