Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_4 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 VIVRE !

18/10/2016 > 08/01/2017

Musée de l'histoire de l'immigration - PARIS

LA NEWSLETTER

La galerie Jérôme de Noirmont ferme ses portes

Laura Heurteloup 22 mars 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

La nouvelle est tombée hier. La galerie Jérôme de Noirmont qui accueille en ce moment une exposition consacrée aux toiles de Marjane Satrapi fermera ses portes le samedi 23 mars prochain. Le couple de fondateurs l’a annoncé par un email expliquant leur décision.

Vue de l’exposition Marjane Satrapi à la galerie Jérôme de Noirmont © Jean-Philippe Humbert.

Créée en octobre 1994 par Emmanuelle et Jérôme de Noirmont, la galerie, située avenue Matignon dans le 8e arrondissement, possède un catalogue a en ferait pâlir plus d’un. On y retrouve entre autres Jeff Koons (dont ils ont organisé la première exposition personnelle en France en 1997), Keith Haring mais également Valérie Belin et Shirin Neshat.

Malgré cela, Emmanuelle et Jérôme de Noirmont ont décidé de mettre la clé sous la porte le 23 mars prochain : « Le mauvais contexte politique, économique et social de la France d’aujourd’hui, auquel s’ajoutent un climat idéologique malsain et une pression fiscale étouffante, obère toute perspective d’avenir du marché de l’art en France et altère tout enthousiasme comme tout esprit d’entreprendre ! […] L’avenir semble se dessiner dans certaines niches pointues pour des galeries de structure légère et dans la labellisation de méga-galeries, aussi puissantes qu’importantes avec plusieurs implantations internationales. Il faudrait passer au stade supérieur pour continuer à servir ambitieusement les artistes dans cette compétition accrue ».

Depuis la réception de cet email, Judith Benhamou des Echos s’est entretenue au téléphone avec Emmanuelle de Noirmont, responsable de la communication, qui donne quelques précisions sur l’avenir des galeristes : « L’art devient ce marché où tu parles de milliards, où le bling bling règne en maître. Nous voulons revenir à des valeurs plus humaines. Nous voulons intervenir différemment par des actions ponctuelles, caritatives, en collaboration avec d’autres galeries ou des collectivités locales par exemple. Replacer l’art au sein d’un projet de société ».

Du côté des artistes, la nouvelle est plutôt bien passée, comme le confie Jérôme de Noirmont au Quotidien de l’Art : « Ils ont très bien réagi, même ceux auxquels nous apportions 70 à 90 % de leurs revenus. Nous allons les accompagner jusqu’à ce qu’ils aient une autre galerie, et après continuer à mener avec eux des projets qui sont porteurs, sans rentabilité immédiate, précise Jérôme de Noirmont. Jusqu’à présent, nous œuvrions à la lumière, désormais nous nous mettons au service des artistes dans l’ombre ».

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE