Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_4 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 VIVRE !

18/10/2016 > 08/01/2017

Musée de l'histoire de l'immigration - PARIS

LA NEWSLETTER

La Little Art Fair investit l’hôtel de luxe Royal Monceau

Laura Heurteloup 20 mars 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Pour sa première édition, la Little Art Fair, organisée par Romain Tichit, fondateur et directeur de la YIA Artfair, investit l’hôtel Royal Monceau jusqu’au 15 avril pour une exposition d’artistes contemporains. Sortant des sentiers battus des foires dédiées à l’art, elle offre une grande liberté de mouvement et de regard, permettant de créer un écho symbolique entre chaque création.

Vincent Beaurin, Isabel, 2008. Courtesy l’artiste et galerie Laurent Godin, Paris.

Décoré par Philippe Starck, l’hôtel Royal Monceau, avenue Hoche à Paris, compte deux espaces entièrement consacrés à l’art : une librairie spécialisée, et l’Art District, qui reçoit environ huit expositions par an, encadrées par des « art concierges » – statut inventé par Starck, dont les missions vont de la médiation à la communication en passant par des excursions artistiques parisiennes sur demande. Un concours a par ailleurs été organisé en 2011 permettant à Cerise Doucede d’habiller les murs de l’hôtel de ses photographies en apesanteur.

Romain Tichit, fondateur et directeur de la Young International Artists (YIA) Artfair, a proposé d’y installer une micro-foire, conviant une dizaine d’artistes représentés par autant de galeries. Ce jeune entrepreneur et collectionneur y voit l’occasion d’« aller à la rencontre du public, changer les habitudes et décloisonner. Rendre accessible l’art à travers une ambiance conviviale et chaleureuse où les barrières traditionnelles sont effacées avec notamment le principe d’un dialogue entre les œuvres et les galeries elles-mêmes, non organisées en stands comme c’est le cas souvent » (Métamorphoses et vagabondages). Dans cet Art District lumineux et blanc se côtoient notamment Lionel Sabatté (galerie Patricia Dorfmann), Michael Delucia (galerie Nathalie Obadia), Vincent Olinet (galerie Laurent Godin), Guillaume Cabantous (galerie Odile Ouizeman) ou encore Raphaël Denis (galerie Sator).

Les éléments naturels, faune et flore, sont au cœur de cette exposition : bête étrange aux traits plissés et dorés trônant dans une grotte de douceurs noires (Isabel de Vincent Beaurin), charbons ardents en limaille de fer de Charlotte Charbonnel (Limaille fossilisée), ou papillon aux couleurs flamboyantes posé sur un pare-brise plié (Fractal de Guillaume Cabantous).

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE