Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

La première vidéo d’artiste réalisée avec l’application Vine vendue à New York

Laura Heurteloup 15 mars 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

L’application Vine, disponible depuis deux mois sur iPhone, attire aussi les artistes. La Moving Image Contemporary Video Art Fair qui a eu lieu à New York la semaine dernière, en parallèle de The Armory Show, l’a bien compris en organisant un concours de vidéos Vine réalisées par des artistes.

Myriam Vanneschi présente son acquisition : la vidéo Vine Tits on Tits on Ikea réalisée par Angela Washko © Marina Galperina.

Le 24 janvier, Twitter lançait Vine, une nouvelle application vidéo. Celle-ci permet de publier sur son propre compte de courtes vidéos de six secondes et de suivre les aventures en mouvement d’amis virtuels. Une tendance qui n’a pas échappé à Magdalena Sawon, propriétaire et directrice d’une galerie de Chelsea qui, entourée de Marina Galperina, directrice artistique du site ANIMAL New York, et Kyle Tchaïka, rédacteur en chef du blog Hyperallergic, a choisi d’organiser sur Vine une compétition en ligne de « la plus courte vidéo d’art jamais vendue ».

Les participants devaient poster leurs créations accompagnées du hashtag #SVAES (The Sortest Video Art Ever Sold). Sur l’ensemble des réalisations reçues, vingt-deux ont été sélectionnées pour être diffusées en boucle sur un écran plasma pendant la Moving Image Contemporary Video Art Fair. Dessous, une série de clés USB étaient prêtes à recevoir la vidéo Vine en cas d’achat exclusif. Les visiteurs pouvaient ainsi acquérir une vidéo pour 200 dollars (soit environ 155 euros) ou l’ensemble pour 4500 dollars (environ 3475 euros).

Dans le lot, une seule vidéo a pour le moment été vendue. Il s’agit de Tits on Tits on Ikea réalisée par Angela Washko. On peut voir l’artiste portant une chapka de fourrure à la Davy Crockett, assise sur un lit et entourée de mobilier de la célèbre marque suédoise. Sur ses genoux, elle tient un ordinateur portable dont l’écran positionné au niveau de sa poitrine diffuse une vidéo de deux ballons roses, massés par des mains féminines. Elle a été acquise contre 200 dollars par Myriam Vanneschi, commissaire d’exposition et collectionneuse. Selon celle-ci, Tits on Tits on Ikea « représente un modèle alternatif aux galeries. Quand l’art devient une marchandise uniquement, je trouve ça très inintéressant, a contrario, l’achat d’une œuvre réalisée grâce à Internet est une alternative très intéressante » (The Guardian).

Mais que faire d’une telle acquisition ? Accrocher au mur son iPhone et diffuser la vidéo en boucle, ou la partager sur les réseaux sociaux en tant que propriétaire exclusif ? Pour le moment Myriam Vanneschi a choisi de la diffuser sur son propre compte Vine, espérant peut-être inspirer une future tendance dans l’art contemporain.

  

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE