Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_4 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Une toile de Van Dyck authentifiée grâce à un site Internet

Magali Lesauvage 11 mars 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Anthony Van Dyck, Portrait d’Olivia Boteler Porter, 1630-1640 © The Bowes Museum. Supplied by The Public Catalogue Foundation.

« Merci Internet ! », peuvent s’exclamer les amateurs de peinture – notamment de peinture flamande du XVIIe siècle –, mais aussi le musée heureux propriétaire du portrait d’Olivia Boteler Porter, toile jusqu’alors considérée comme une copie, et désormais attribuée au peintre Anthony Van Dyck. Celle-ci est recensée sur le site Your Paintings, qui fait l’inventaire des peintures présentes dans les collections publiques du Royaume-Uni (musées et monuments historiques, mais aussi écoles, hôpitaux, bibliothèques, commissariats, etc.). Ce musée virtuel, résultat d’un partenariat entre la BBC et la Public Catalogue Foundation, et d’une campagne photographique entamée il y a dix ans, compte actuellement 210 000 numéros. Le portrait représente la dame d’honneur d’Henriette, épouse de Charles Ier roi d’Angleterre.

L’œuvre, récemment photographiée par la Public Catalogue Foundation, a été repérée sur la page du Bowes Museum, situé dans la campagne anglaise, par des experts, notamment l’historien d’art Bendor Grosvenor, qui l’estime à un million de livres (environ 1,15 millions d’euros). Étant donné l’ampleur du projet – que l’on aimerait voir repris en France –, l’exploration du site amène à quelques surprenantes découvertes, mais on peut aussi s’attendre à la révélation de trésors de la même importance que le portrait de Van Dyck.

Rappelons que les Britanniques sont très amateurs de peinture, et notamment du genre du portrait, à tel point qu’un musée, la National Portrait Gallery, à Londres, lui est consacré.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE