Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Des centaines de briques émaillées provenant de la Porte d’Ishtar volées à Bagdad

Laura Heurteloup 28 février 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

En octobre dernier, les autorités irakiennes annonçaient le vol de 33 fragments de briques de la Porte d’Ishtar, patrimoine incontournable de la cité mythique de Babylone. Mais Liwa Sumaism, ministre du tourisme et des antiquités, revient sur ces chiffres : la disparition s’élèverait à 400 pièces, révèle The Art Newspaper.

La Porte d’Ishtar au Pergamon Museum à Berlin © DR.

La Porte d’Ishtar est un trésor patrimonial inestimable. Enfouie sous le sable avec toute la cité de Babylone, elle fut découverte par un groupe d’archéologues allemands en 1899. La campagne de fouilles se prolongea pendant 18 ans afin de révéler un ensemble digne de son commanditaire, le roi Nabuchodonosor II. Alternant des briques d’émail bleu (à base de lapis-lazuli) et dorées, la Porte est ornée d’une procession de 575 animaux, de taureaux, symboles d’Adad, dieu de l’orage, et de dragons, symboles de Marduk, dieu de l’exorcisme. Permettant d’entrer dans la cité, de contrôler les flux commerciaux et de protéger la ville, elle est un symbole de l’histoire d’une civilisation éteinte.

Dédiée à Ishtar, déesse de l’amour, de la guerre, de la vie et de la mort, une partie de l’ensemble érigé en 575 av. J.-C., composé de l’entrée monumentale et d’une voie processionnelle (menant au temple dédié à Marduk), a été déplacée pierre par pierre au musée archéologique de Pergame à Berlin. Des fragments sont également conservés dans une dizaine de musées dans le monde, notamment au Louvre.

Une partie de la Porte d’Ishtar est conservée au musée Nabuchodonosor de Bagdad – une autre a été reconstituée sous l’ordre de Saddam Hussein –, qui fut fermé et scellé en 2003, dès l’arrivée des Américains sur le territoire irakien. Pour protéger ce témoignage historique, une partie de la collection était depuis conservée au musée national de Bagdad. Les briques émaillées volées entre octobre et février, qui seraient au nombre de 400, se trouvaient dans un espace de stockage en sous-sol. Une enquête est en cours pour tenter de retrouver les voleurs et déterminer le mobile du pillage.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE