Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

L’Institut néerlandais, privé de subventions, va fermer ses portes

Laura Heurteloup 25 février 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+
Le Centre culturel des Pays-Bas est sur une pente glissante. Comme nous l’annoncions en juillet dernier, son gouvernement a décidé, afin de redresser son budget global, de supprimer les subventions de l’Institut néerlandais qui, faute de moyens financiers, fermera ses portes à la fin de l’année. 
Dessin de Peter Vos exposé dans le cadre de l’exposition qui sera inaugurée le 14 mars prochain à l’Institut néerlandais © Collection particulière.
Frits Lugt, collectionneur d’art, crée en 1957 l’Institut néerlandais, afin d’accueillir la Fondation Custodia, qui gère sa collection de dessins – spécialiste de Rembrandt, il fait l’inventaire  des cabinets de dessins hollandais et flamand du Louvre. Parisien d’adoption, Frits Lugt s’investit dès son expatriation auprès des plus grandes organisations culturelles. Situé rue de Lille, dans l’enceinte de l’Hôtel Turgot, le centre culturel devient vite, grâce à lui, le symbole de la culture néerlandaise. Depuis, il attire 40 000 visiteurs chaque année autour d’une programmation diversifiée : expositions, cinéma, théâtre, évènements littéraires, cours de langue…
Aucun gouvernement européen n’échappe aux restrictions budgétaires. Le 13 juillet dernier, Frans Timmermans, ministre des Affaires étrangères néerlandais, a annoncé la suppression des 2 millions d’euros de subventions annuelles perçues par l’Institut. Cette coupe financière ne laisse pas d’autre choix à Harry Bos, délégué du personnel, que de licencier les vingt employés du centre dont la fermeture, prévue pour janvier 2015, est finalement avancée à la fin de l’année. Pour lui, les choses ont commencé à se dégrader fin 2011, quand, déclare-t-il au Figaro, « le ministère des Affaires étrangères a décidé que les cours de langue, qui concernent actuellement 600 personnes, ne devaient plus faire partie de l’Institut. On a tenté de faire des contre-propositions pour montrer que l’enseignement pouvait être autonome. On a augmenté les frais, diversifié l’offre avec des cours de français et monté une structure pour collecter les dons afin de renforcer notre indépendance. Bref, on est devenu plus commerciaux ».
Pour tenter de sauver leurs emplois, les salariés dont « la tranche de subventions qui devait couvrir 2014 va servir à payer les primes de licenciement », affirme Harry Bos, ont lancé une pétition qui a déjà recueilli 33 000 signatures. Malheureusement la reine des Pays-Bas, Beatrix, qui abdiquera en avril prochain, est restée silencieuse face à leur initiative et aux nombreuses lettres de protestation reçues. En attendant des jours meilleurs, Ger Luijten, directeur de la Fondation Custodia, tente de sauver les meubles en affirmant au Figaro : « On veut seulement changer la politique culturelle ». Le gouvernement vient d’ailleurs de créer une commission de réflexion pour trouver un « nouveau concept pour les activités culturelles en France ».
PETER VOS

07/03/2013 > 26/05/2013

Atelier néerlandais

PARIS

L'Institut Néerlandais présente en collaboration avec la Fondation Custodia une exposition de dessins de l’artiste néerlandais Peter Vo...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE