Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 VIVRE !

18/10/2016 > 08/01/2017

Musée de l'histoire de l'immigration - PARIS

LA NEWSLETTER

Léonard de Vinci a-t-il peint une seconde Mona Lisa ?

Laura Heurteloup 21 février 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Depuis sa présentation officielle le 27 septembre 2012 à Genève, la Mona Lisa d’Isleworth, très proche de la toile exposée au Louvre, est au cœur d’une enquête qui tente de déterminer si oui ou non, Léonard de Vinci en est bien l’auteur. Quand les preuves des uns anéantissent celles des autres, le mystère reste entier.

La Mona Lisa d’Isleworth présentée à Genève en septembre 2012 © KEYSTONE.

Le collectionneur d’art Henry Pulitzer, cousin du célèbre journaliste Joseph Pulitzer, a acheté la Mona Lisa d’Isleworth en 1962 avant de la mettre en sécurité dans un coffre-fort en Suisse. Par testament, il l’a léguée à sa mort en 1979 à sa compagne Elisabeth Meyer. C’est en 2003 que la toile quitte sa famille d’adoption pour passer entre les mains d’un consortium international anonyme présidé par le commissaire-priseur David Feldman.

Le 27 septembre dernier, lors d’une conférence de presse à Genève, la Fondation Mona Lisa a décidé, après trente-cinq ans de recherche, de présenter au monde cette petite sœur, de dix ans plus jeune que l’original exposé au musée du Louvre. Le même jour, l’organisation a publié un livre de 320 pages intitulé Mona Lisa, la version antérieure, rassemblant tous les éléments – découverts entre autres par le professeur Alessandro Vezzosi, directeur du musée Léonard de Vinci à Vinci, et le professeur Carlo Pedretti du Centre Armand Hammer des études sur Leonardo de l’Université de Californie –, prouvant qu’il s’agit bien là d’une version peinte par le maître de la Renaissance.

Interrogé par le quotidien 20 Minutes, Stanley Feldman auteur de l’ouvrage l’a confirmé : « En réalisant un examen mathématique très élémentaire, nous avons découvert que tous les éléments des deux portraits se trouvent exactement au même endroit. (…) Il est manifeste pour nous que pour que ce soit aussi précis, aussi méticuleusement exact, seule la personne qui a fait l’un a fait l’autre ». Autre déclaration surprenante, celle de Joe Mullins, expert à la CIA, selon lequel la comparaison entre les clichés de ces deux femmes est sans appel : « Tout correspond parfaitement, je suis persuadé qu’il s’agit de la même personne à deux moments de sa vie » (Le Parisien).

Cette hypothèse émise dès le XXe siècle aurait été confirmée le 13 février, suite à une nouvelle série de tests réalisés par un spécialiste en « géométrie sacrée » et l’Institut fédéral de technologie de Zurich. David Feldman, vice-président de la Fondation Mona Lisa, conscient des doutes émis par le milieu, était fier d’annoncer que «  lorsque nous ajoutons ces nouvelles découvertes à la somme des études scientifiques et physiques déjà existantes, je pense que tout le monde y verra la preuve écrasante que Léonard de Vinci en est bien l’auteur » (Le Monde).

Une copie de Mona Lisa au Prado en Espagne © SIPA.

Retournement de situation le 18 février. Selon Henri Loyrette, président-directeur du Louvre, « il n’y en a qu’une. C’est celle du Louvre, dont l’historique est parfait puisqu’elle vient directement de Léonard de Vinci, dans les collections royales françaises » (Le Figaro). Plus précisément, Martin Kemp, professeur d’histoire de l’art à Oxford cité par Le Monde, remet aujourd’hui en cause les analyses en géométrie sacrée : « Aucun traité ne dit qu’il fallait l’utiliser pour composer les peintures de la Renaissance. Ni les nombreux dessins sur la composition dont on dispose, ni les preuves techniques sur les phases préparatoires des peintures, n’ont permis de constater l’application d’une telle géométrie. Les peintres travaillaient avec la perspective, appelée aussi géométrie optique ».

Le mystère reste donc entier, entre ceux qui y reconnaissent le sourire énigmatique, les mains délicatement posées, la posture et les drapés de la version officielle de Léonard de Vinci, et ceux qui n’y voient qu’une pâle copie (encore une), à l’instar de celle retrouvée début février dans les réserves du musée du Prado à Madrid, et qui aurait été peinte par un élève du maître. Mais là encore, rien ne semble le confirmer vraiment.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE