Votre action a été enregistrée avec succès !
hide_fb

Inscrivez-vous gratuitement sur exponaute et ne ratez plus jamais une exposition

Publiez une expo

Magazine » Instantanés

350 dessins de William Blake révélés à Manchester

Laura Heurteloup 29 janvier 2013

Poète britannique célèbre, William Blake est aussi connu pour ses aquarelles et ses gravures, illustrations utopiques de ses ouvrages. Récemment, un groupe de chercheurs a mis à jour 350 dessins inédits conservés à la John Rylands Library de l'Université de Manchester. Un véritable trésor.

Une chercheuse examinant The Book of Job de William Blake trouvé dans la collection de la John Rylands Library © John Rylands Library.

En 2011, un groupe de chercheurs et d'étudiants de l'Université de Manchester a lancé une campagne de recherche de gravures attribuées au poète William Blake. Après deux ans de travail, 350 dessins ont été mis à jour parmi les ouvrages présents à la John Rylands Library qui possédait déjà une première collection exceptionnelle de ses illustrations dès son ouverture en 1900, notamment celles colorées à la main du poème Night Thoughts d'Edward Young.

Le personnel de la bibliothèque a toujours plus ou moins soupçonné la présence de gravures de William Blake parmi les milliers de livres et de registres présents dans leurs murs. Aux côté de conférenciers et d'experts reconnus comme Colin Trott, les étudiants ont parcouru les rayons et les magasins à la recherche des pages de livres correspondant à la période de création du poète. Pour l'archiviste Stella Halkyard, « en plus d'être un grand artiste, Blake était un graveur qui a produit une grande variété de travaux. La gravure a toujours été méprisée comme forme d'art, et la gravure commerciale encore plus. Il était une figure très influente, en avance sur son temps ». Elle ajoute : « Il est extrêmement rare d'avoir autant de gravures de Blake en un seul endroit. C'est un incroyable éventail de sujets qui représentent vraiment son talent » (The Telegraph).

Envoyé par son père en apprentissage chez le graveur James Basire pour lequel il copie des gisants de l'abbaye de Westminster, « Mad Blake », comme on le surnomme à l'époque, invente une technique de gravure révolutionnaire, l'eau-forte en relief qu'il appelle les imprimés « enluminés ». William Blake va alors nourrir les pages de la Bible et de Shakespeare, de Milton ou encore de la Divine Comédie de Dante dans un style romantique anglais inspiré et d'une grande puissance.

Les dessins récemment découverts à la John Rylands Library y seront exposés à partir du 7 février prochain.

AJOUTER UN COMMENTAIRE