Votre action a été enregistrée avec succès !

Publiez une expo

Magazine » Instantanés

expo_une_favori
expo_cercle_1 INSIDE

11/10/2014 > 11/01/2015

Palais de Tokyo

- PARIS

expo_cercle_3 HOKUSAI

01/10/2014 > 18/01/2015

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS
expo_cercle_5 GARRY WINOGRAND

14/10/2014 > 08/02/2015

Jeu de Paume - PARIS

Le Palais de Tokyo donne l’Alerte en faveur de la liberté pour la littérature chinoise

Laura Heurteloup 16 janvier 2013

En juin 2012, le Palais de Tokyo a inauguré la première édition des « Alertes » avec le cas Pussy Riot, une initiative qui incite à réagir et à réfléchir sur l’actualité brûlante liée à la culture dans le monde. Du 17 janvier au 18 février, il renouvelle l’expérience, en faveur cette fois-ci de la « Liberté pour la littérature chinoise ».

© Palais de Tokyo.

Point de départ de cette deuxième édition des « Alertes » proposées par le Palais de Tokyo, une tribune titrée « Liberté pour la littérature chinoise », signée Liao Yiwu et publiée le 10 décembre dernier dans les pages du quotidien Le Monde. Le poète dissident évadé de Chine y soutient son ami Li Bifeng, condamné à douze ans de prison pour l’avoir aidé à sortir de son pays, et s’être engagé pour la liberté et la démocratie : « Parce qu’ils ont écrit et parlé, ils ont été enfermés entre les quatre murs d’une prison. Je suis leur collègue. Je me suis évadé de Chine et je me retrouve enfermé dans une prison invisible. Tant qu’ils n’obtiendront pas la liberté, je ne saurais trouver la paix intérieure ».

Liao Yiwu souhaite la liberté de Li Bifeng mais également celle du prix Nobel de la paix 2010, Liu Xiaobo et d'Ai Wei Wei, artiste majeur de la scène artistique indépendante chinoise, qui ont subi eux aussi les pressions politiques du gouvernement en place favorisant la censure et prohibant la liberté d’expression. Dans leur lutte, ils ont tous les quatre signé en 2008, aux côtés de 299 autres Chinois activistes des droits de l’homme, la Charte 08 qui promeut la réforme politique et le mouvement démocratique chinois dans la République populaire de Chine.

Sur le constat alarmant d'actes qui défient les libertés les plus fondamentales, le Palais de Tokyo a décidé de donner la parole et de laisser le soin à des artistes et commissaires d'exposition d'investir un espace de leur choix. Sous l'impulsion de Marie Holzman, sinologue, et de Jean-François Bouthors, éditeur et écrivain, Liao Yiwu, dont le texte Dans l'empire des ténèbres paraît ce mois-ci, interviendra jeudi 17 janvier dès 19h en présence de Robert Badinter, ancien garde des Sceaux et ancien président du Conseil constitutionnel. La rencontre sera animée par Pierre Haski, président de Rue89.

LIBERTÉ POUR LA LITTÉRATURE CHINOISE !

17/01/2013 > 18/02/2013

Palais de Tokyo

PARIS

Après «Le cas Pussy Riot», première Alerte inaugurée en juin 2012 avant que la presse internationale ne s’empare du sujet, le Palais ...

exposition terminée
PRESSE
MEMBRES
AJOUTER UN COMMENTAIRE