Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Le Gérard de l’architecture est décerné à…

Laura Heurteloup 9 janvier 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Depuis sept ans, la cérémonie des Gérard de la télévision récompense le pire du petit écran. Cette année, pour la première fois, le blog l’Abeille et l’architecte a décerné les Gérard de l’architecture avec pas moins de seize catégories. Et le grand vainqueur de cette édition n’est autre que Jean Nouvel, avec trois Parpaings d’or à son actif. Petit tour de piste, en toute ironie, des lauréats 2013.

La Philharmonie de Paris dessinée par Jean Nouvel © Jean Nouvel.

Jean Nouvel, mondialement connu, star incontestée des lignes futuristes, architecte du Quai Branly et du futur Louvre Abu Dhabi, vient de tomber trois parpaings plus bas. Une surprise ? Pas vraiment. Tête de Turc du milieu depuis la confirmation par Aurélie Filipetti de la poursuite du projet de la Philharmonie de Paris (malgré un surcoût de 50 millions d’euros sur les 387 prévus),  Jean Nouvel n’a apparemment pas démérité pour le « Gérard de l’architecte qui a fait un projet qui au départ coûtait une blinde – mais c’est normal vu que ce n’est pas n’importe qui – mais qui, au final, creusera encore plus le trou de la Sécu, la dette publique du pays et siphonnera même le livret A de ta mémé…». Ouverture prévue en 2014.

La Cité Manifeste de Mulhouse par Jean Nouvel © DR.

Cerise sur le gâteau, le palmarès Nouvel ne s’arrête pas là. Après le projet ambitieux, place au « projet qu’il est superbe en photo et que quand tu reviens deux ans après t’as l’impression que c’est la Bosnie, le Bronx, la Syrie et Beyrouth réunis…» – référence faite à la Cité Manifeste de Mulhouse – suivi de celui réalisé « en cachette pour des gros promoteurs privés mais qu’on ne voit jamais sur son site web… ».

La fondation LVMH par Frank Gehry. Ouverture fin 2013 © Frank Gehry

Autre architecte de renom grand vainqueur des Gérard de l’architecture, Frank Gehry. Les 20 000 votants lui conseillent « de porter plainte contre lui-même pour plagiats répétés ». Mais peut-on vraiment reprocher à un artiste d’imposer sa touche personnelle, d’avoir une identité propre ? Jugez par vous-même en passant en revue quelques unes de ses plus célèbres réalisation : La maison dansante, Starwood Hôtel, le musée Guggenheim de Bilbao,  la Carbonite Tower ou encore l’Institut Lou Ruvo à  Las Vegas.

La Canopée des Halles à Paris par Berger et Anziutti © Berger/Anziutti.

La remise des Gérard, c’est aussi l’occasion de faire preuve de dérision et d’humour. Arrivent sur le podium des catégories les plus loufoques :  « le Gérard de l’architecte qui te chiade une superbe perspective que je te dis pas comment elle chie la classe pour le concours, mais une fois que tu vois le projet pour de vrai aujourd’hui, tu te demandes s’il se serait pas un peu foutu de ta gueule par hasard » remportée par Berger et Anziutti pour la Canopée des Halles à Paris ; « le Gérard  de l’architecte à costume noir (et écharpe rouge) qui, au départ, est fait pour paraître plus mince mais qui, au final, te fait plutôt ressembler à Jeanne Mas » attribué à Nicolas Michelin, et enfin « le Gérard de la personnalité people qui a commencé par faire des études d’architecture et qui s’est dit que, finalement, ce n’était pas comme ça qu’il allait se choper des meufs alors il a fait un autre métier » est décerné à Brad Pitt  qui passe mieux sur grand écran que derrière une palette graphique.

Un seul parpaing n’a pas trouvé preneur lors de cette première édition,  celui de « l’architecte humble, discret et talentueux ». L’appel à candidature est lancé.

 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE