accéder à exponaute
Votre action a été enregistrée avec succès !
Magazine » Instantanés

La statue « Him » de Maurizio Cattelan controversée à Varsovie

Laura Heurteloup 2 janvier 2013

Depuis le 15 novembre dernier, le Centre d’art contemporain du château Ujazdowski à Varsovie propose Amen, une rétrospective de l’artiste italien Maurizio Cattelan. Parmi les œuvres exposées, Him, placée en plein cœur de l’ancien ghetto juif de la capitale polonaise suscite la controverse.

Him, la statue de cire de Maurizio Cattelan exposée en plein coeur de l'ancien ghetto de Varsovie © DR

Rue Prozna, au cœur de l’ancien ghetto juif de Varsovie, une barrière en bois trouée nous invite à la curiosité. Derrière, le visiteur peut entrevoir un écolier tout de gris vêtu, agenouillé à même le sol, les mains jointes en train de prier. Ce petit être inoffensif est en réalité une représentation de cire du dictateur Hitler, sous les traits d’un enfant, accompagnée de l’inscription : « Tout criminel était une fois un enfant doux, innocent et sans défense ».

Intitulée Him, cette sculpture réalisée en 2001 par l’artiste Maurizio Cattelan – qui avait déjà attiré l’attention avec La Nona Ora - suscite de nouveau la controverse. Le Simon Wiesenthal Center, groupe de défense des droits des juifs considère cette installation et son emplacement comme « une provocation insensée qui insulte la mémoire des victimes juives des nazis ». (The Guardian)

Au contraire. Présentée dans le cadre d’une rétrospective sur l’artiste explorant les thèmes de la vie, la mort, le bien et le mal, cette œuvre a pour but de faire réfléchir et d’éduquer comme le souligne  Fabio Cavallucci, directeur du centre d’art contemporain « il n’y a aucune intention de la part de l’artiste ou du centre d’insulter la mémoire des juifs. C’est une œuvre qui essaie d’évoquer le mal qui s’insinue partout. »  Ses propos ont d’ailleurs été soutenus par le grand rabbin de la Pologne, Michael Schudrich, consulté pour la mise en place de cette sculpture, qui ajoute « j’ai eu le sentiment qu’il pouvait y avoir un aspect éducatif […] l’art peut nous forcer à confronter le mal qui existe dans ce monde. » (The Guardian)

Les autres pièces de cette rétrospective sont présentées dans la galerie du Centre d’art contemporain du château d’Ujazdowski.

 

AJOUTER UN COMMENTAIRE