Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

SPAMM, une expo virtuelle dédiée à l’art 2.0

Laura Heurteloup 30 novembre 2012

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

On s’obstine à présenter dans des musées les installations des artistes numériques. Une démarche que l’équipe d’Arte Creative, plateforme dédiée à la création visuelle et numérique d’Arte, et celle du site Super Art Modern Museum (SPAMM) contournent en proposant un nouvel espace d’exposition en ligne, spamm.arte.tv

Page d’accueil du site Spamm.arte.tv.

Il ne s’agit pas d’un mauvais spam, mais bien d’une nouvelle initiative web qui émane de deux équipes investies, Arte Creative et SPAMM. Ensemble, ils lancent lundi 3 décembre au Palais de Tokyo, à l’occasion des Rencontres Internationales Paris/Berlin/Madrid, une vaste exposition web consacrée à la création numérique. Cet forme d’art a, selon les commissaires de la première édition de ce Super Art Modern Movement, Jean-Jacques Gay (créateur de La Revue) et Thomas Cheneseau (co-fondateur de SPAMM), « bien besoin d’une monstration à l’image de sa production ».

Spamm.arte.tv propose donc d’exposer quatre fois par an (chaque trimestre), les réalisations d’une quinzaine d’artistes autour d’un thème précis. Pour ce SPAMM 1.1, la vanité du monde est au centre de toutes les préoccupations artistiques. Interactives et vivantes, les œuvres mises en ligne (graphiques, technologiques, vidéo, conceptuelles, sociales…) jouent avec notre connaissance et nos habitudes d’internautes. Utilisateurs de Facebook, Google Earth, Twitter, Wikipédia, les quinze artistes « ridiculisent nos gestes vains (clic de souris insaisissable, etc.). […] Tous ces créateurs portent avec leur art un regard sans concession sur une « société du spectacle » dans laquelle les trois mouvements de la vanité : la renaissance, la nature morte et l’image du crâne, sont devenus un fond de commerce ».

Au programme, une Britney Spears très Toxic dont les clichés flash rappellent ses déboires (Jankenpopp), un bouton « here » que notre souris se désespère à attraper et cliquer (Claude Closky), ou encore un petit voyage sur Google Earth sujet à des problèmes de connexion (Gregory Chatonsky). Des curiosités numériques à parcourir avec un regard bienveillant et en gardant à l’esprit le credo des fondateurs, « faire œuvre ensemble ».

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE