Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Aux Arts décoratifs, les jouets Star Wars tu verras

Laura Heurteloup 28 novembre 2012

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Depuis le rachat de LucasFilm par Disney le mois dernier, la saga Star Wars est dans tous les esprits. Avec un septième épisode à la clé, les fans font monter les enchères en lançant des rumeurs sur un potentiel scénariste. En attendant la sortie au cinéma, l’expo Les Jouets Star Wars au Musée des arts décoratifs, réalisée grâce au collectionneur Arnaud Grunberg, permet de replonger dans cet univers unique.

Une des nombreuses vitrines renfermant la collection inédite d’Arnaud Grunberg ©Fred Dufour/AFP.

Jeux, jouets, peluches, bandes dessinées, masques, déguisements, jeux vidéos… L’exposition Les jouets Star Wars, scénographiée par le collectif H5, montre près de 400 objets présentés dans l’ordre chronologique de la sortie des films. Ils sont issus d’une collection rassemblée depuis 1977 – date de la sortie du premier film – par Arnaud Grunberg, fils du fondateur du magasin de jouets La Grande Récré.

Celui-ci parle volontiers, avec un brin de nostalgie, de ce moment : « Je me souviens très bien du jour où j’ai vu La Guerre des Étoiles pour la première fois. C’était complètement par hasard. Ce fut l’émerveillement total. J’avais onze ans en 1977, et comme une génération entière de gamins, j’ai été marqué par cette journée ». Beaucoup d’enfants à cette époque aurait rêvé pouvoir, comme lui, collectionner les jouets d’une saga devenue culte. La première boutique La Grande Récré a ouvert quinze jours après la sortie du premier film. Arnaud Grunberg se souvient encore « du premier petit carton reçu à la boutique avec trente-six figurines qu’on avait posées sur le comptoir. Neuf avaient été mises de côté pour moi ». D’années en années, sa collection s’est enrichie et organisée pour nous arriver aujourd’hui dans son intégralité.

A la sortie de l’épisode IV Un nouvel espoir en 1977, George Lucas ne s’attendait pas à un tel engouement pour Star Wars et encore moins à la demande de produits dérivés qui en découlerait. Et pourtant le réalisateur américain confie : « Une des raisons pour lesquelles j’ai fait Star Wars a été d’encourager les jeunes à développer leur imagination et à faire preuve de créativité. Les jouets ne leur permettent pas seulement de rejouer les scènes du film, mais les incitent à en créer de nouvelles et à devenir eux-mêmes des conteurs ».

Mais au-delà du simple émerveillement que peut procurer l’exposition pour certains fans invétérés, il est intéressant de suivre et de comprendre à travers les objets l’évolution de l’industrie du jouet, l’utilisation des matériaux, des nouvelles technologies et les secrets de fabrication. On apprend notamment qu’en mai 1977, le succès du film est tel que les délais de fabrication de grosses quantités de figurines trop importants provoquent un retard dans les livraisons. En décembre 1977, les enfants ont donc trouvé sous leur sapin non pas un jouet Star Wars, mais une enveloppe avec un bon le leur promettant dans quelques semaines.

On y trouve également quelques pièces très rares dont des sculptures originales en cire, des moules, des dessins préparatoires pour les figurines, des présentoirs, des gammes mexicaines et japonaises très recherchées pour la taille des poupées avoisinant les dix-sept centimètres (dix en France). 

Directeur de sciencefictionarchives.com, Arnaud Grunberg glâne depuis de nombreuses années des pièces cultes des quatre-vingt plus grands films de science-fiction de ces quarante dernières années. Et vous, si vous pouviez créer une exposition quel film choisiriez-vous : Terminator, Matrix, Alien, Star Trek, La Planète des singes ?

 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE