Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Fragonard n’a pas peint Diderot (mais Jules César est peut-être l’ancêtre de George W. Bush)

Laura Heurteloup 23 novembre 2012

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Qui est-ce ? Vous souvenez-vous de ce jeu de société ? Jean-Honoré Fragonard nous invite à jouer avec lui en semant le doute sur l’identité de l’homme du célèbre portrait du Louvre censé représenter le philosophe Denis Diderot. Et si le musée était le lieu idéal pour jouer au jeu des ressemblances ?

Jean-Honoré Fragonard, Figure de fantaisie autrefois identifié à tort comme Denis Diderot, 1769, Paris, musée du Louvre.

Dans les livres d’Histoire du collège, il n’est pas rare de croiser le portrait de Denis Diderot, peint en 1769 par Fragonard. Référence incontestable de l’image populaire des Lumières, l’homme sur le tableau, pourtant, n’est pas le philosophe. Lors d’une récente vente chez Drouot, l’historienne de l’art Marie-Anne Dupuy-Vachey est intriguée par dix-huit croquis de portraits. Parmi eux, le dessin préparatoire de la fameuse toile légendée d’une inscription manuscrite, « illisible mais qui ne peut en aucune manière être déchiffrée comme celui de Denis Diderot » précise Vincent Pomarède, directeur du département des peintures au Louvre, au Figaro.

« A-t-il les yeux bleus ? ». La réponse se trouvait déjà, semble-t-il sur le portrait du philosophe peint par Louis-Michel Van Loo en 1767, deux ans avant celui de Fragonard. Réputé pour son conformisme académique, Van Loo représente l’encyclopédiste avec des yeux marron. Cette différence frappante aurait dû éveiller les soupçons sur l’identité du modèle. Vincent Pomarède a modifié la notice de l’œuvre dans le catalogue du Louvre Lens, qui accueille la toile pour son ouverture le 12 décembre prochain. Ainsi, Portrait de Denis Diderot se transforme en Figure de fantaisie autrefois identifié à tort comme Denis Diderot.

Buste de Jules César (sculpté de son vivant), 46 avant J.-C., Arles, musée départemental.

Mais l’énigme reste entière. Qui peut bien être cet homme peint par Fragonard ? Un ami ? Un « type humain universel », comme le précise l’album de présentation du Louvre Lens ? Il y a là de quoi régaler les adeptes du jeu des sosies, que l’on peut facilement pratiquer dans les musées. Ainsi dernièrement un étudiant américain, Max Galuppo, s’est reconnu sur un portrait vieux de 500 ans exposé au Philadelphia Museum of Art. La ressemblance est en effet frappante. L’homme du tableau serait-il un de ses ancêtres ? Dans ce cas, ce buste de Jules César (image ci-dessus) ne vous fait pas penser à quelqu’un ? Et le faux Denis Diderot pourrait bien être, admettons, un lointain aïeul de Brice Hortefeux… La guerre des sosies est officiellement ouverte !

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE