Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Le Centre d’histoire de la résistance et de la déportation de Lyon se renouvelle

Laura Heurteloup 12 novembre 2012

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Cette année, le Centre d’histoire de la résistance et de la déportation fête ses vingt ans. Pour l’occasion, le musée inaugure un nouvel espace d’exposition permanente le 16 novembre prochain. Les dernières avancées historiques ont incité l’équipe du Centre a créé une scénographie tournée vers ces découvertes.

Depuis qu’ils existent, les musées dédiés à la Seconde Guerre mondiale tentent de nous enseigner les erreurs du passé, nous aidant à en tirer des leçons. Aujourd’hui, pour la directrice du CHRD Isabelle Doré-Rivé, « la question essentielle est sans doute celle de l’accès aux connaissances historiques mais aussi l’approche sensible et intime de cette période dont le vécu a, durant deux générations, été transmis au sein des familles ».

Source d’inspiration incontestée en littérature, cinéma et art, il est important de donner à voir et à comprendre ce patrimoine commun. Abritées dans l’ancienne école du service de santé militaire, siège de la Gestapo où furent torturés de nombreux résistants dont Jean Moulin, les collections du CHRD se nourrissent de la recherche universitaire et de nouveaux équipements dont s’est dotée la ville de Lyon : la maison du docteur Dugoujon, lieu de l’arrestation de Jean Moulin le 21 juin 1943 et la prison de Montluc. Y sont mises en avant les notions de répression de la résistance et de persécution de la population juive.

Symbole fort du patrimoine historique, le CHRD a reçu en vingt ans près d’un million de visiteurs, faisant de lui l’un des plus importants musées d’histoire de la Seconde guerre mondiale en France. Un anniversaire et une fréquentation qui méritaient bien un renouvellement total de leur scénographie. Précédemment sombre et oppressant, construit autour de la nuit et de l’enfermement, offrant un parcours étroit, le parcours muséographique propose une nouvelle perception de l’architecture du bâtiment dans une ambiance plus lumineuse et chaleureuse, accentuée par l’utilisation de matériaux chaud comme le bois. Ce nouvel environnement profitera à la mise en place d’un projet scientifique s’appuyant sur une approche « anthropologique » de cette période à partir des collections matérielles et immatérielles du musée, véritables témoignages et éléments de compréhension de l’état de la ville de Lyon pendant la guerre.

Composée de cinq parties (l’histoire du bâtiment, un espace dédié à l’historien et résistant Marc Bloch, un espace principal entre « ville en guerre », « lutte armée » et « déportation », un espace de reconstitution et un film documentaire), cette nouvelle exposition a souhaité valoriser 700 témoignages audiovisuels. Une trentaine de bornes interactives livre les voix des témoins, apports sensibles dans la découverte historique de la Seconde guerre mondiale, mis en valeur par l’équipe des Muséates, collectifs de créatifs et de techniciens spécialisés dans la muséographie : « Nous avons découvert que cette parole était soit chargée d’une irrépressible émotion, soit à l’opposé d’une surprenante, mais non feinte tempérance, une « presque froideur ». L’une comme l’autre transmettaient pour autant la même charge émotive ».

La directrice du CHRD espère ainsi offrir aux visiteurs un «outil de réflexion et d’échange apte à aider nos contemporains à comprendre le monde complexe qui les entoure ».

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE