Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 SEYDOU KEÏTA

31/03/2016 > 11/07/2016

Galeries nationales du Grand Palais

- PARIS

expo_cercle_2 CHEFS-D’ŒUVRE DE BUDAPEST

09/03/2016 > 10/07/2016

Musée du Luxembourg - PARIS
expo_cercle_3 PAUL KLEE

06/04/2016 > 01/08/2016

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 DANS L'ATELIER

05/04/2016 > 17/07/2016

Petit Palais - PARIS
expo_cercle_5 ENTRE SCULPTURE ET PHOTOGRAPHIE

12/04/2016 > 17/07/2016

Musée Rodin - Paris - PARIS

LA NEWSLETTER

« La repasseuse » de Pablo Picasso dévoile son secret

Laura Heurteloup 26 octobre 2012

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Deux Picasso pour le prix d’un. Le Musée Guggenheim de New-York a eu une jolie surprise en découvrant, totalement dissimulé derrière la toile Woman ironing, peint par Pablo Picasso, un second portrait de l’artiste espagnol. Une belle valeur ajoutée pour son exposition du moment « Picasso Black and White ».

Pablo Picasso, Woman Ironing (La repasseuse), Paris, 1904. Solomon R. Guggenheim Museum, New York,Thannhauser Collection, Gift, Justin K. Thannhauser  78.2514.41. © 2012 Estate of Pablo Picasso/Artists Rights Society (ARS), New York

Depuis le 5 octobre dernier et jusqu’au 23 janvier prochain, le Musée Guggenheim de New-York offre au public la première exposition consacrée à l’utilisation du noir et du blanc dans l’œuvre du peintre espagnol. Pour l’occasion, sont réunies pas moins de 110 créations (peintures, sculptures et dessins) représentatives de ses différentes périodes : bleue, rose, cubiste, néoclassique, surréaliste etc …

Woman Ironing dit La Repasseuse, donnée au musée en 1978 par le collectionneur allemand Justin K. Thannhauseur, est l’œuvre phare de cette exposition. Emblème de la période bleue de Picasso, elle représente une parisienne amaigrie, aux traits tirés, au regard vide repassant dans un brouillard bleuté et grisé.  Cette toile avait déjà suscité la curiosité en 1989 lors d’une première étude mais qui, faute de moyens adéquats, n’avait pu que révéler les trois-quatre d’un homme avec une moustache.

Mais grâce à l’aide financière de la Bank of America, partenaire privilégié de l’exposition, et aux évolutions de la technologie, le département de conservation du Guggenheim a enfin pu dévoiler l’intégralité de ce portrait. Habitué à commencer des toiles sans les terminer complètement, Pablo Picasso a, tout au long de son processus de création, repris d’anciens canevas pour peindre de nouveaux sujets par-dessus. Ici, sous la Woman ironing se cacherait – il ne s’agit là que d’une supposition – Benet Soler, tailleur de Barcelone, et surtout ami du peintre.

En attendant les études complémentaires pour tenter de confirmer l’identité de l’homme du portrait, The New York Times vous invite à entrer dans la peau d’un conservateur pour dévoiler la face cachée de Woman Ironing.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE