Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 MICHEL HOUELLEBECQ

23/06/2016 > 11/09/2016

Palais de Tokyo

- PARIS

expo_cercle_2 OLAFUR ELIASSON

06/06/2016 > 30/10/2016

Château de Versailles - VERSAILLES
expo_cercle_4 CLAUDE VIALLAT

04/06/2016 > 23/07/2016

Galerie Daniel Templon - Paris - PARIS
expo_cercle_5 PURE FICTION

10/06/2016 > 22/07/2016

Galerie Marian Goodman - PARIS

LA NEWSLETTER

ArtViatic : l’art haut de gamme se vend (aussi) sur Internet

Laura Heurteloup 24 octobre 2012

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

A l’heure du web 2.0, la culture, et plus particulièrement l’art, se mettent au diapason. Depuis quelques mois, les plateformes fleurissent aux quatre coins de la toile (Centre Pompidou virtuel, MetPublications du Metropolitan Museum of Art…). Il s’en fallait de peu pour que le secteur marchand rejoigne la tendance. Avec ArtViatic, voilà qui est fait !

« Négocier en direct sans intermédiaire ». Tel est le slogan de la toute nouvelle plateforme de vente en ligne lancée aujourd’hui, mercredi 24 octobre. Confidentielle et sécurisée, ArtViatic permet aux collectionneurs, institutions, galeristes et marchands, mandataires et artistes, de se retrouver moyennant un abonnement de 3500 euros par an (ArtViatic Premium) et/ou 500 euros par soumission, pour acheter et/ou vendre des œuvres d’art (peintures, sculptures et œuvres sur papier).

Antoine Van de Beuque, marchand d’art impressionniste, moderne et contemporain, président et fondateur d’ArtViatic, explique les motivations de cette première pour le marché de l’art : « Quand j’ai commencé, le téléphone portable naissait à peine ; on travaillait encore avec un fax et un télex. Pour connaître le marché, il fallait assister aux ventes publiques, se procurer les catalogues, noter les prix et tout mémoriser. Aujourd’hui, Internet fournit une somme gigantesque d’informations ». Cependant le fondateur, conscient des multiples possibilités offertes par le web, a tout de même souhaité réglementer et encadrer l’accès à sa plateforme. Seules les œuvres d’art d’exception, d’une valeur de plus de 150 000 euros, peuvent être enregistrées dans leur catalogue – deux départements ont été créés : œuvres impressionnistes et modernes, art de l’après-guerre et contemporain.

Pour ce faire, plusieurs informations sont à fournir auprès de l’équipe d’experts qui référence et alimente le catalogue : une sélection de photos, une description détaillée, les informations relatives aux certificats, un constat d’état et bien entendu le prix de vente. Après analyse et vérification auprès d’autorités compétentes, qui luttent contre le trafic d’art, telles que The Art Loss Register ou encore Interpol, l’œuvre en question est mise en ligne pour une durée de quatre mois. Par la suite, les échanges entre acquéreurs et vendeurs sont libres et strictement confidentiels. Et pour les plus adeptes d’entre eux, des services sur mesure sont proposés pour organiser des « private viewings » (présentations privées) des œuvres.

ArtViatic a su s’entourer de partenaires de choix (Masterpiece, Helutrans, MartinSpeed …) qui mettent à disposition dans le monde entier (Monaco, Paris, Londres, New York, Genève, Singapour, Shanghaï…) des espaces confidentiels pour faciliter les échanges.

Pour Antoine Von de Beuque, « l’avenir du marché de l’art est là, pour les ventes publiques aussi bien que privées. Si nous voulons rester dans la course, nous autres marchands devons impérativement prendre en compte cette réalité. Et savoir évoluer avec notre temps ».

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE