Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 REMBRANDT INTIME

16/09/2016 > 23/01/2017

Musée Jacquemart-André - PARIS
expo_cercle_4 HODLER MONET MUNCH

15/09/2016 > 22/01/2017

Musée Marmottan Monet - PARIS
expo_cercle_5 PROVOKE

14/09/2016 > 11/12/2016

Le BAL - PARIS

LA NEWSLETTER

Des toiles de Matisse, Monet, Picasso volées à Rotterdam

Laura Heurteloup 18 octobre 2012

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Avis de recherche. Dans la nuit du lundi 15 au mardi 16 octobre, le Kunsthal de Rotterdam a été victime d’un cambriolage. Parmi les toiles volées, celles de grands maîtres de la peinture : Matisse, Monet, Picasso, Freud et Gauguin. La valeur totale estimée de l’ensemble est de 200 millions d’euros.

 Paul Gauguin, Femme devant une fenêtre ouverte, dite la fiancée, 1898. Courtesy Fondation Triton.

Le Kunsthal de Rotterdam est en pleine agitation depuis mardi dernier. Au cœur d’une affaire de cambriolage, il a subi le vol d’œuvres d’art le plus important aux Pays-Bas depuis 1991, et l’affaire des vingt tableaux dérobés au musée Van Gogh à Amsterdam.

A l’occasion du vingtième anniversaire de l’établissement, qui ne possède pas de collections permanentes, 150 toiles appartenant à la Fondation Triton étaient exposées. Cette fondation a forgé sa réputation sur une partie de sa collection orientée vers des artistes célèbres de la fin du XIXe siècle à nos jours.

(De gauche à droite) Meyer de Haan, Autoportrait, 1889-1891, et Lucian Freud, Woman with Eyes Closed, 2002. Courtesy Fondation Triton.

(De gauche à droite) Henri Matisse, La Liseuse en blanc et jaune, 1919, et Pablo Picasso, Tête d’Arlequin, 1971. Courtesy Fondation Triton.

(De haut en bat) Claude Monet, Charing Cross  Bridge et Waterloo Bridge, 1901. Courtesy Fondation Triton.

Monet, Picasso, Matisse ou encore Gauguin… la valeur totale des sept tableaux volés est estimée à 200 millions d’euros. La directrice du musée a affirmé au Nouvel Observateur, que « tous les tableaux sont enregistrés dans le monde entier, il n’est donc pas possible de les vendre ». Malgré la présence d’un système de surveillance technique, ce cambriolage reste pour le moment inexpliqué.

Avec l’accord des propriétaires, qui ont, depuis peu, autorisé la diffusion des photographies des œuvres dérobées, le Kunsthal a tout de même tenu à rouvrir l’exposition aux visiteurs curieux.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE