Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 SEYDOU KEÏTA

31/03/2016 > 11/07/2016

Galeries nationales du Grand Palais

- PARIS

expo_cercle_2 CHEFS-D’ŒUVRE DE BUDAPEST

09/03/2016 > 10/07/2016

Musée du Luxembourg - PARIS
expo_cercle_3 DANS L'ATELIER

05/04/2016 > 17/07/2016

Petit Palais - PARIS
expo_cercle_4 ENTRE SCULPTURE ET PHOTOGRAPHIE

12/04/2016 > 17/07/2016

Musée Rodin - Paris - PARIS

LA NEWSLETTER

Une nouvelle œuvre de Mounir Fatmi censurée

Laura Heurteloup 11 octobre 2012

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Après le Printemps de Septembre à Toulouse, l’Institut du monde arabe décide, lui aussi, de retirer une œuvre de l’artiste Mounir Fatmi.

Une semaine après la suppression de Technologia au Printemps de Septembre de Toulouse, le plasticien marocain Mounir Fatmi est de nouveau victime de censure. Dans le cadre de l’exposition, Vingt-cinq ans de créativité arabe, qui ouvrira ses portes le mardi 16 octobre prochain, l’IMA a décidé de retirer  l’installation vidéo intitulée Sleep, jugée trop sensible au regard du contexte actuel.

Extrait de Sleep, installation vidéo de Mounir Fatmi © Mounir Fatmi.

Directement inspirée du film expérimental pop du même nom, réalisé par Andy Warhol en 1963, cette création met en scène l’écrivain britannique Salman Rushdie en plein sommeil. Ce dispositif, possible grâce à la technologie de l’imagerie numérique en 3D, rend hommage à l’auteur du roman Les Versets sataniques écrit en 1988.

Cette parution, qui avait provoquée la colère de groupes islamiques, oblige Salman Rushdie à vivre dans la clandestinité. Choqué par cette affaire, Mounir Fatmi a confié au Figaro.fr : « Compte tenu des menaces qui pèsent sur sa vie depuis tant d’années, plonger dans le sommeil reste une manière pour lui de se mettre en état de vulnérabilité. Ce sont des images de synthèse à partir de photos. J’ai été scandalisé par le silence des intellectuels arabes sur le sort de Rushdie et son combat pour la liberté de créer. Alors j’ai imaginé ce film comme un hommage ».

Comble de l’ironie, Sleep, qui est actuellement présenté au BPS22 de Charleroi dans le cadre de l’exposition Intranquillités, sera remplacée par Technologia, l’œuvre retirée du Festival d’art contemporain de Toulouse, la semaine dernière, pour son caractère soi-disant blasphématoire.

VINGT-CINQ ANS DE CRÉATIVITÉ ARABE

16/10/2012 > 03/02/2013

Institut du Monde Arabe

PARIS

A l’occasion de son 25e anniversaire et conformément à la vocation qui est la sienne de faire connaître et de soutenir la création con...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE