Votre action a été enregistrée avec succès !

Publiez une expo

Magazine » Panoramiques

expo_une_favori
expo_cercle_1 INSIDE

11/10/2014 > 11/01/2015

Palais de Tokyo

- PARIS

expo_cercle_2 HOKUSAI

01/10/2014 > 18/01/2015

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS
expo_cercle_4 GARRY WINOGRAND

14/10/2014 > 08/02/2015

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 WILLIAM EGGLESTON

09/09/2014 > 21/12/2014

Fondation Henri Cartier-Bresson - PARIS

Nuit Blanche : demandez le programme !

Magali Lesauvage 5 octobre 2012

C'est Laurent Le Bon, directeur du Centre Pompidou-Metz, qui assure samedi 6 octobre la direction artistique de cette 11e édition de Nuit Blanche. Son choix : disposer les œuvres le long de la Seine, telle une guirlande d'art au milieu de la ville, de Chaillot à Ivry-sur-Seine. Au programme : liberté de déambulation, architectures contemporaines, points de vue inattendus et, paradoxalement, le vide... En avant-première, exponaute a sélectionné, parmi plusieurs centaines, dix lieux phares et moments clés de Nuit Blanche 2012 (en attendant samedi soir, et notre live-tweet exclusif). Parcours d'est en ouest.

Laurent Grasso, Du Soleil dans la Nuit, 2012, néon. Courtesy, galerie Valentin, Paris.

Lumières en vibration, Julio Le Parc (installation) – chantier du centre commercial Beaugrenelle

Ouvert pour la première fois au public, le vaste chantier du centre commercial Beaugrenelle est métamorphosé en labyrinthe vibratile par l'installation lumineuse de l'artiste cinétique Julio Le Parc. A voir également, l'obélisque habillée de lumière par l'artiste, place de la Concorde.

Tarab pour une nuit blanche, Tarek Atoui (performance sonore) – sur la Seine

De 21h à 1h du matin, la croisière sonore du musicien électronique Tarek Atoui revisite la musique arabo-andalouse. On peut monter à bord, ou patienter jusqu'à la performance Tribute to Muslimgauze (aka Bryn Jones) à 1h30 port de la Conférence.

Le Bœuf sur la langue, Orlan (projection de mots) – sur la Seine

Allô oui, c'est Orlan ! L'artiste performeuse distille des mots projetés sur les rives du fleuve. Des vagues écrites qui se transforment en ondes sonores, puisque la radio France Culture invite un comité scientifique à y réagir.

Paris à l'infini (la danse), Julie Desprairies (projet chorégraphique) – berges de Seine

La jeune chorégraphe fait danser la ville de Paris, ou plus exactement ses agents municipaux, répartis tous les dix mètres, le long de la Seine, en une longue bande animée.

Calderpillar, les frères Ripoulain (installation) – chantier des Halles

Place au gigantisme avec l'installation des frères Ripoulain, duo d'artistes rennais qui dispose dans le chantier des Halles un mobile monumental à la Calder, avec en guise de suspensions des véhicules et du mobilier de chantier.

All-in, Mohamed Bourouissa (installation vidéo et sonore) – Monnaie de Paris

Le jeune artiste Mohamed Bourouissa diffuse sur la façade de la Monnaie de Paris une vidéo montrant la réalisation d'une médaille à l'effigie du rappeur Booba, éditée à cette occasion.

Du sommeil dans la nuit, Laurent Grasso (installation lumineuse) – Samaritaine

Peut-être avez-vous vu le film Holy Motors de Leos Carax ? Il y a quelque chose du même ordre (mystérieux) dans l'installation de Laurent Grasso, des lettres se détachant sur le ciel de Paris au sommet de ce bâtiment hanté.

The Clock, Christian Marclay (installation multimédia) – Théâtre national de Chaillot

Rien de tel qu'une nuit blanche pour voir ou revoir l'œuvre de Christian Marclay, The Clock, sensation de la Biennale de Venise 2011. Soit vingt-quatre heures de la vie des films, minute par minute.

Nuit des savoirs

La nuit (surtout lorsqu'elle est blanche) est le moment où la parole se libère. D'est en ouest, on pourra causer à propos du blanc (au Palais de Tokyo), du néon (à l'Institut de physique du globe), de l'année 1979 (à Bétonsalon), ou d'une « anthologie du charabia » (école d'architecture de Paris-Val de Seine).

Parcours invisible

Paris est une ville hantée de fantômes. Nuit Blanche en convoque quelques uns dans le « Parcours invisible » : des îles disparues (la « merdeuse » servant d'égoût, la « maquerelle », où avaient lieu des duels), les moulins flottants du Pont au Change, un projet fou d'aéroport intra-muros, l'ébauche napoléonienne d'un éléphant géant place de la Bastille, la rivière Bièvre, etc.

AJOUTER UN COMMENTAIRE