Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 MICHEL HOUELLEBECQ

23/06/2016 > 11/09/2016

Palais de Tokyo

- PARIS

expo_cercle_2 LOUIS STETTNER

15/06/2016 > 12/09/2016

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_3 PURE FICTION

10/06/2016 > 22/07/2016

Galerie Marian Goodman - PARIS

LA NEWSLETTER

À Toulouse, polémique sur une œuvre d’inspiration islamique

Laura Heurteloup 5 octobre 2012

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Un vent de censure souffle sur le Festival d’art contemporain du Printemps de Septembre de Toulouse depuis le retrait, ce mercredi, de Technologia, l’œuvre de l’artiste marocain Mounir Fatmi.

Présentée pour la première fois aux Toulousains le week-end dernier, l’installation vidéo Technologia, propriété du musée d’art moderne de Doha, au Qatar, a subi une désapprobation massive lors d’une projection inopinée mardi soir sur le sol du Pont Neuf. En cause, une défaillance technique qui a entraîné sa mise en route. L’œuvre avait déjà fait l’objet d’une première présentation publique le week-end dernier, entourée d’une signalétique et d’une médiation adaptées, et ne devait refaire son apparition que le samedi 6 octobre, dans les mêmes conditions.

Technologia, installation vidéo de Mounir Fatmi, 2010 © Nicolas Brasseur. Le Printemps de Septembre de Toulouse 2012.

Cet imprévu a provoqué un mouvement de foule et de protestation quand certains passants se sont mis à marcher sur ces images tourbillonnantes, inspirées directement des Rotoreliefs de Marcel Duchamp. La controverse tient davantage au contenu de l’œuvre qu’à son support. On peut y lire des versets calligraphiés du Coran qui tourbillonnent à même le sol dans un ballet de jeux optiques.

Une installation à priori magique, sorte de métaphore de notre monde moderne prisonnier d’un mouvement perpétuel, mais qui a créé la polémique, réunissant près d’une centaine de personnes révoltées mardi soir. Parmi elles, des jeunes Toulousains qui, avertis du comportement dégradant du public, se sont rassemblés pour manifester leur mécontentement. Pour calmer les esprits, les organisateurs du festival ont rencontré mercredi les représentants des associations musulmanes afin de trouver un terrain d’entente. Il a été décidé en accord avec Mounir Fatmi de retirer l’œuvre de la manifestation. Paul Ardenne, directeur artistique de cette édition, a déclaré dans le quotidien Libération : « Dans le contexte actuel hypersensible, c’est mieux ainsi ».

Pour celles et ceux qui souhaitaient faire le déplacement pour admirer les œuvres de l’artiste, sachez que sa projection Les temps modernes, une histoire de la machine sur la façade de l’Hôtel Dieu, est, quant à elle, maintenue. Le Printemps de Septembre de Toulouse, dont la thématique « L’Histoire c’est moi » réserve bien des surprises, clôturera son édition 2012 le 21 octobre prochain.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE