Votre action a été enregistrée avec succès !
hide_fb

Inscrivez-vous gratuitement sur exponaute et ne ratez plus jamais une exposition

Publiez une expo

Magazine » Instantanés

La culture touchée par des restrictions budgétaires

Laura Heurteloup 4 octobre 2012

Le 28 septembre dernier Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, annonçait pour 2013 une baisse de 4,3 % du budget alloué par l'Etat à la culture. Depuis, un (quasi) silence plane dans le secteur culturel.

Une nouvelle qui semble aller à l’encontre des propos tenus par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, en juin dernier, lors de l’inauguration de la manifestation Voyage à Nantes : « La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend plus indispensable. La culture, ce n’est pas un luxe dont, en période de disette, il faudrait se débarrasser. (…) La culture est un axe de développement important pour les grandes villes : les études économiques menées dans diverses grandes villes françaises montrent que la culture est un investissement rentable ».

Les Archives nationales devaient accueillir la future Maison de l'Histoire de France © Daniel Thierry/Photononstop/AFP.

Un « investissement rentable » qui s’amenuise pour 2013 et les années à venir. Aucun secteur n’échappe à ces restrictions. La politique d’Aurélie Filippetti veut porter davantage sur l’intervention en région et le développement de l’éducation artistique et culturelle. Elle souhaite notamment mettre « un terme à une vision qui considérait trop souvent qu’une grande politique culturelle consistait en une succession de grands projets, de grands travaux et de grandes dépenses », selon France Culture. Ainsi, plusieurs projets d’envergure sont abandonnés : la Maison de l’Histoire de France, Lascaux 4, le Musée de la photographie et bien d’autres.

Une déception pour Frédéric Mitterrand, ancien ministre de la Culture, à l’initiative notamment du Musée de la photographie, comme il l'expliquait le 1er octobre dans l'émission Du grain à moudre sur France Culture : « Le projet de l’Hôtel de Nevers, qui était extrêmement peu coûteux et qui permettait de recréer un emplacement pour la photographie en plein boom en France, ça c’est vraiment dommage. Ça ne coûtait pas cher, on aurait trouvé l’argent d’une manière ou d’une autre, notamment en s’appuyant sur le mécénat ».

Cette restriction budgétaire permettra-t-elle d’orienter différemment la politique culturelle ? En attendant, les avis sont partagés. Certains y voient une bonne volonté de la part du gouvernement, quand d’autres, à l’image de La Tribune de l'Art, souhaitent que le président de la République François Hollande tienne sa promesse de « sanctuariser » le budget de la culture.

A plus grand échelle, rappelons tout de même que la Commission européenne vient d’annoncer un budget culturel multiplié par quatre, dont une enveloppe de 1,8 milliard d’euros pour la période 2014-2020 dégagée en faveur des artistes et professionnels de la culture.

AJOUTER UN COMMENTAIRE