accéder à exponaute
Votre action a été enregistrée avec succès !
Magazine » Instantanés

Le Grand Palais annule une expo, le centre Pompidou réduit les frais

Magali Lesauvage 21 septembre 2012

Quelques jours seulement après l'annonce, par la ministre de la Culture Aurélie Filippetti, de l'annulation de divers grands chantiers culturels (voir notre article sur les Journées du Patrimoine), deux nouvelles viennent ternir un peu plus l'horizon de l'actualité artistique française.

D'abord, le Grand Palais, qui a fait part, via sa tutrice la Réunion des Musées nationaux, de l'annulation de l'exposition consacrée à un grand artiste américain du Pop Art, Robert Indiana, qui devait débuter le 21 novembre prochain. Cette annulation, due au retrait d'un important mécène, prétextant « un contexte économique difficile », montre à quel point les grands événements culturels en France sont désormais tributaires du financement privé.

Autre mauvaise nouvelle, le constat fait par Alain Seban, président du centre Pompidou, selon lequel l'établissement public va « sans doute être amené à faire des choix, peut-être à sacrifier des expositions ». Celui-ci a en effet déclaré lors d'un point presse au sujet du centre Pompidou mobile, que la ministre de la Culture « étudie attentivement la situation des différents établissements culturels et a conscience que chacun a ses spécificités ». Autrement dit, alors que les musées ont connu en 2011 une baisse de subvention de l'Etat de 5%, ils vont sans doute devoir se serrer encore la ceinture cette année...

Alain Seban a évoqué une baisse d'effectifs déjà réalisée (50 personnes en moins depuis trois ans dans le cadre de la Révision générale des politiques publiques, qui prévoyait le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite), mais aussi la hausse du coût des expositions (en particulier des tarifs des assureurs d'œuvres d'art), auxquelles le centre Pompidou consacre chaque année 6,5 millions d'euros. Préférant supprimer une seule grande exposition que réduire le budget de celles de moindre importance (« Mieux vaut supprimer un projet plutôt que de faire des abattements sur les budgets car il faut préserver la qualité des expositions », a-t-il déclaré), Alain Seban a également affirmé que le musée national d'art moderne allait accélérer le roulement de l'accrochage des collections permanentes.

Cette réduction d'activité survient au moment même où le centre Pompidou bat des records de fréquentation (3,6 millions de visiteurs au musée en 2011, près de 500 000 visiteurs pour l'expo Matisse - Paires et séries au printemps) et que certaines expositions à venir sont très attendues, notamment la rétrospective Dalì, qui doit débuter le 21 novembre.

AJOUTER UN COMMENTAIRE