Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 LOUIS STETTNER

15/06/2016 > 12/09/2016

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 PURE FICTION

10/06/2016 > 22/07/2016

Galerie Marian Goodman - PARIS
expo_cercle_3 MICHEL HOUELLEBECQ

23/06/2016 > 11/09/2016

Palais de Tokyo - PARIS
expo_cercle_4 OLAFUR ELIASSON

06/06/2016 > 30/10/2016

Château de Versailles - VERSAILLES

LA NEWSLETTER

Christ de Borja, une affaire qui rapporte

Magali Lesauvage 21 septembre 2012

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

On avait d’abord cru à une blague. Celle-ci tourne au serious business… Cecilia Giménez, la restauratrice/vandale du Christ de Borja réclame des droits d’auteur…

Le désormais célèbre Christ de l’église espagnole du Sanctuaire de  la Miséricorde de Borja, retouché par une familière des lieux, a donné lieu à un nombre incommensurable de parodies (avec en particulier une page Pinterest consacrée au Cecilia Prize), variantes et autres mèmes, notamment sur Internet, mais aussi à des tour operators lucratifs (organisés par la compagnie Ryanair, via Saragosse), et même à une pétition souhaitant sa conservation tel quel.

                         

Elias Garcia Martinez, Ecce Homo du Sanctuaire de la Miséricorde de Borja, avant et après restauration par Cecilia Giménez (à droite).

Depuis quelques jours, l’affaire  prend un tour digne d’un scénario de mauvais téléfilm. En effet, la renommée mondiale de Cecilia Giménez, l’octogénaire « restauratrice » de l’œuvre, lui a sans doute tourné la tête, puisque celle-ci, alléchée par les revenus engrangés par la fondation en charge de l’église (dont l’entrée est devenue payante, suite au scandale), a décidé d’engager une action en justice contre celle-ci pour obtenir des royalties…

L’église compte bien faire valoir ses droits. Et tandis que les marchands du temple s’écharpent, les touristes de continuer à affluer à Borja.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE