Bad Request

Your browser sent a request that this server could not understand.
Request header field is missing ':' separator.

« Au...

Magazine » On a vu

expo_une_favori
expo_cercle_1 GARRY WINOGRAND

14/10/2014 > 08/02/2015

Jeu de Paume

- PARIS

expo_cercle_3 INSIDE

11/10/2014 > 11/01/2015

Palais de Tokyo - PARIS
expo_cercle_4 WILLIAM EGGLESTON

09/09/2014 > 21/12/2014

Fondation Henri Cartier-Bresson - PARIS
expo_cercle_5 HOKUSAI

01/10/2014 > 18/01/2015

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS

De l’ombre à la lumière, José Muñoz illustre « L’Etranger » de Camus

Magali Lesauvage 5 septembre 2012

Le dessinateur de bande dessinée José Muñoz illustre L'Etranger de Camus. Une version noir et blanc, sombre et lumineuse comme le roman phare de la littérature française du XXe siècle.

« Aujourd'hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. » Comment traduire en une image le célèbre incipit du roman L'Etranger, d'Albert Camus, l'un des plus grands succès littéraires du XXe siècle paru au cœur de la guerre, en 1942 ? Comment montrer le célèbre héros Meursault, sociopathe emmuré en lui-même avant même de connaître la prison réelle, et le contexte complexe de l'Algérie française, où se déroule l'action ?

 

José Muñoz, illustration pour L'Etranger d'Albert Camus © courtesy galerie Martel, Paris.

C'est le défi relevé par José Muñoz, qui publie chez Futuropolis/Gallimard une édition illustrée de L'Etranger. Les encres au large trait noir et le dessin sec de l'Argentin accusent de forts contrastes qui siéent à merveille à l'ambiance si particulière au roman, à la fois intime et glaçante. D'une page à l'autre, les personnages sont enrobés d'une gangue angoissante de motifs architecturaux et végétaux, ou au contraire se détachent à nu sur le fond crème.

Les éclats de lumière (celle qui, selon Muñoz, « brouille la distance séparant la pensée des actes (et) fait devenir fou »), succèdent aux parts d'ombre, révélant l'âme torturée et ambivalente du héros. Jusqu'au dénouement final, le texte et l'image s'affrontent sans s'imposer l'un à l'autre. Une réussite, qui fait songer à celle d'un projet équivalent, la suite de Mort à crédit et Voyage au bout de la nuit de Céline illustrés par Tardi (chez Futuropolis/Gallimard également).

 

José Muñoz, illustration pour L'Etranger d'Albert Camus © courtesy galerie Martel, Paris.

Plus expressifs encore en vrai, les dessins originaux de José Muñoz illustrant L'Etranger de Camus sont à voir (et à acheter, pour des prix allant de 1400 à 2400 euros)  à la galerie Martel, à Paris, jusqu'au 13 octobre (date à laquelle aura lieu une séquence de dédicaces du livre).

AJOUTER UN COMMENTAIRE