Votre action a été enregistrée avec succès !

Publiez une expo

Magazine » Voir + loin


expo_une_favori
expo_cercle_1 GARRY WINOGRAND

14/10/2014 > 08/02/2015

Jeu de Paume

- PARIS

expo_cercle_2 HOKUSAI

01/10/2014 > 18/01/2015

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS
expo_cercle_4 SADE. ATTAQUER LE SOLEIL

14/10/2014 > 25/01/2015

Musée d'Orsay - PARIS
expo_cercle_5 JEFF KOONS

26/11/2014 > 27/04/2015

Centre Pompidou - PARIS

Ubuweb : un havre culturel dans l’océan Internet

Alice Poujol 23 août 2012

La plateforme Ubuweb.com rassemble une quantité innombrable de documents filmés, écrits et audio, principalement axés sur les créations et les idées d’avant-garde, de la fin du XIXe siècle à nos jours. Un recueil multidisciplinaire et multimédia pointu, éclectique, bien connu des chercheurs, un peu moins du grand public…

Née Ubu.com en 1996 – donc dès les balbutiements d'Internet -, la plateforme Ubuweb hébergeait initialement les collections de poésie sonore, visuelle ou concrète recueillies au fil des ans par son créateur, le poète Kenneth Goldsmith. Progressivement, le contenu s’est enrichi de vidéos, de textes et de toutes sortes de traces des avant-gardes artistiques d’hier et d’aujourd’hui. On y trouve tout ce qu’on ne trouve pas ailleurs : lectures de James Joyce, danses de Loïe Fuller, enregistrements originaux de John Cage, conférences de Lacan ou Borges, revues surréalistes, poèmes bruitistes, mais aussi des pièces plus contemporaines : captations des spectacles de Jérôme Bel et William Forsythe, œuvres sonores de Christian Marclay...

Tous les contributeurs sont bénévoles. Les ressources mises en lignes sont sélectionnées par des chefs de rubriques, parfois anonymes. Le site est hébergé sur des serveurs fournis par diverses universités, dont celle de Pennsylvanie, où Kenneth Goldsmith enseigne. Pour ce qui est des droits d’auteur, le site se soucie peu de la législation existante : que le document ait déjà été édité ou non, que les copies existantes soient plus ou moins chères, tout a sa place sur Ubuweb. Cette politique quelque peu idéaliste place la plateforme à la merci de toutes les crispations autour de la propriété intellectuelle.

Kenneth Goldsmith lors d'une lecture à la Maison Blanche en 2011 © Wikimedia Commons.

Quel rapport entre Ubuweb et Ubu roi ? À part l’influence d’Alfred Jarry sur le surréalisme, on ne sait pas trop. Pendant longtemps, son œuvre fut la grande absente de la base de données. Une « blague pataphysique », comme l’expliquait Goldsmith sur France Culture, en 2011. Si l’on devait en écrire la genèse spirituelle, il faudrait apparenter le site à deux autres pionniers singuliers de l'histoire du web : Ada Lovelace, généralement considérée comme la première programmeuse informatique, et John Draper, dit Captain Crunch, l’un des premiers à avoir hacké le réseau téléphonique à l’aide d’un sifflet trouvé dans une boîte de céréales.

Si Ubuweb n’aurait pu exister sans le réseau, il s’éloigne volontairement des stratégies de référencement. Situé quelque part entre Wikipédia et Wikileaks, il fait fonction de havre où les fouineurs et les « pirates » (au sens noble du terme) viennent déposer les documents rares ou épuisés de la culture contemporaine.

 

AJOUTER UN COMMENTAIRE