Votre action a été enregistrée avec succès !

Publiez une expo

Magazine » On a vu

expo_cercle_2 GARRY WINOGRAND

14/10/2014 > 08/02/2015

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_3 FRANK GEHRY

24/10/2014 > 16/03/2015

Fondation Louis Vuitton - PARIS
expo_cercle_4 HOKUSAI

01/10/2014 > 18/01/2015

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS
expo_cercle_5 PARIS MAGNUM

12/12/2014 > 28/03/2015

Hôtel de Ville de Paris - PARIS

Google et la Tate créent une « forêt exquise » sur Internet

Alice Poujol 23 juillet 2012

Le projet virtuel participatif Exquisite Forest, fruit de la collaboration entre la Tate et Google Chrome, investit l’espace réel de la Tate Modern de Londres.    

C’est l’histoire d’un géant de l’Internet qui aime la culture (Google Art Project, Versailles 3D …) et d’une institution culturelle de stature internationale qui aime le numérique (live-tweets d’événements, ressources en ligne, expos virtuelles comme la Gallery of Lost Art). La collaboration entre la Tate et Google devait se faire sur Internet, avec comme complices Chris Milk (réalisateur des clips du rappeur américain Kanye West et du duo electro The Chemical Brothers) et Aaron Koblin, petit génie de l’art numérique aux créations loufoques (clip interactif avec animations 3D pour le groupe Radiohead, « marchés aux moutons »  en ligne…). De ce partenariat est né le projet Exquisite Forest : une plateforme de création, de partage et d’exposition en ligne, ouverte aux internautes.

Cadavre exquis arborescent

L’idée directrice est de créer des films d’animation participatifs selon le principe du cadavre exquis. Un créateur soumet une courte séquence animée et l’accompagne de consignes (un thème, une unité graphique…). Les autres utilisateurs peuvent ensuite prolonger la vidéo en y ajoutant leurs séquences. Jusqu’ici, rien de nouveau.

Ce qui différencie le projet du cadavre exquis traditionnel, c’est que rien n’oblige les contributeurs à tenir compte des ajouts des autres. Ils peuvent choisir d’intervenir après n’importe quelle séquence, et créer une infinité de suites alternatives à leur tour prolongées ou déviées. Le film évolue de manière arborescente, d’où l’idée de « forêt exquise ».

Pour mieux comprendre le principe, il faut se rendre sur le site internet du projet et cliquer sur l’un des « arbres ». Le tronc illustre la séquence initiale, les branches qui s’en détachent représentent les différentes séquences qui la prolongent. En cliquant sur les feuilles, on peut visualiser chaque version du film.

Participation et cooptation

Pour participer, il suffit de cliquer sur « Add to the story … » et de choisir ensuite à quel moment du film on souhaite intervenir. Une application en ligne permet de fabriquer un film animé avec des outils de dessin très basiques (pinceaux et gommes) et un story-board. Il est également possible de créer une bande son. Ensuite, les « curateurs » de l’arbre (utilisateurs choisi par le créateur de la première séquence) pourront ou non valider le contenu proposé.

Seulement voilà, le projet tient plus du gadget que de l’expérimentation. La récompense pour les contributeurs bénévoles ? Figurer dans l’exposition qui ouvre aujourd’hui à la Tate Modern - s'ils se greffent sur l’arbre d’un « featured artist » (vidéaste présélectionné par la Tate).

Google en profite pour récupérer des utilisateurs (il faut un compte Google pour s’inscrire sur le site) et promouvoir son navigateur (le site est optimisé pour Chrome). Le fabricant de tablette Wacom est le deuxième bénéficiaire du projet : seules les tablettes graphiques Wacom sont compatibles avec le site et c’est aussi lui qui fournit le matériel pour l’exposition à la Tate. Résultat ? Un petit pas pour la création, un grand coup de com pour les magnats du numérique.

 

AJOUTER UN COMMENTAIRE