Votre action a été enregistrée avec succès !

Publiez une expo

Magazine » Instantanés

expo_une_favori
expo_cercle_1 GARRY WINOGRAND

14/10/2014 > 08/02/2015

Jeu de Paume

- PARIS

expo_cercle_2 INSIDE

11/10/2014 > 11/01/2015

Palais de Tokyo - PARIS
expo_cercle_3 WILLIAM EGGLESTON

09/09/2014 > 21/12/2014

Fondation Henri Cartier-Bresson - PARIS
expo_cercle_4 HOKUSAI

01/10/2014 > 18/01/2015

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS
expo_cercle_5 MARCEL DUCHAMP. LA PEINTURE, MÊME

24/09/2014 > 05/01/2015

Centre Pompidou - PARIS

L’Institut néerlandais menacé

Magali Lesauvage 19 juillet 2012

L'Institut néerlandais à Paris est fortement menacé de fermeture définitive, suite à la décision du ministère des Affaires étrangères néerlandais de mettre fin, à compter de 2015, à la subvention qu’il lui accorde.

Cette résolution a été prise « en dépit du Conseil de Surveillance de l’Institut qui a collectivement démissionné à son annonce », précise le communiqué diffusé le 17 juillet. Elle signifie purement et simplement la disparition de ce lieu d'art sis hôtel Turgot, rue de Lille, à proximité de l'Assemblée nationale, l'un des plus importants de la vie culturelle parisienne – comparable avec le Goethe-Institut, les Centres culturels canadien ou suisse. Créé en 1957 par le collectionneur Frits Lugt, l'Institut néerlandais est l'un des plus anciens centres culturels au monde.

Expositions (à voir actuellement, Gare du Nord, sur la photo néerlandaise à Paris de 1900 à 1968), mais aussi concerts, théâtre, danse, projections et débats drainent chaque année environ 50 000 visiteurs, tandis que la Fondation Custodia, créée par Frits Lugt, abrite une collection d'œuvres sur papier remarquable, et quelques 90 000 œuvres (tableaux, dessins, gravures, lettres d'artistes et livres anciens), datées du XVe au XXe siècle.

Ses responsables contestent « les arguments avancés par le ministère pour mettre fin à la subvention : "frais élevés", "manque de rentabilité et de modernité", (…) de même que l’affirmation selon laquelle les missions culturelles de Berlin, Londres ou New York produiraient un meilleur rendement culturel ». Evoquée en décembre dernier, la suppression du département langue (qui compte 700 inscrits), suite à une volonté de réduction des dépenses, semble donc avoir été le préambule à une mort annoncée de l'Institut.

La mise en œuvre de cette décision est désormais du ressort de l'ambassadeur des Pays-Bas en France, Ed Kronenburg, tandis que les responsables de l'Institut néerlandais font appel au ministre des Affaires étrangères Uri Rosenthal, membre du gouvernement démissionnaire, afin qu'il remette cette décision à l’ordre du jour après les élections législatives anticipées de septembre prochain.

Une pétition a été lancée par l'Institut néerlandais, à renvoyer signée avant le 17 août. Elle est téléchargeable ici.

GARE DU NORD

24/05/2012 > 31/07/2012

Atelier néerlandais

PARIS

Paris, ville de la photographie, a toujours attiré des photographes internationaux. Les photographes néerlandais ont également en grand n...

exposition terminée
PRESSE
MEMBRES
AJOUTER UN COMMENTAIRE