Votre action a été enregistrée avec succès !

Publiez une expo

Magazine » Voir + loin

expo_cercle_2 GARRY WINOGRAND

14/10/2014 > 08/02/2015

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_3 FRANK GEHRY

24/10/2014 > 16/03/2015

Fondation Louis Vuitton - PARIS
expo_cercle_4 HOKUSAI

01/10/2014 > 18/01/2015

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS
expo_cercle_5 PARIS MAGNUM

12/12/2014 > 28/03/2015

Hôtel de Ville de Paris - PARIS

Dans la playlist des artistes

Alice Poujol 16 juillet 2012

Sur son blog Ten songs that saved your life, Guillaume Sorge, journaliste, DJ et programmateur musical de l'espace d'expo 12mail demande à des artistes et créateurs de révéler leur top 10 personnel. Portrait audio d'artistes visuels. 

Le philosophe André Comte-Sponville et le réalisateur Jonathan Caouette se sont prêtés au jeu, mais aussi une trentaine d’artistes contemporains. Les deux références qui reviennent le plus souvent ? Le Velvet Underground, groupe phare de la Factory d’Andy Warhol, et Joy Division. Si la musique alternative et/ou expérimentale semble être une constante dans la playlist des artistes, certains se montrent plus éclectiques dans leurs penchants… Analyse en trois exemples.

Claude Lévêque : Full Metal

Claude Lévêque, Le Grand Soir, 2009 © Claude Lévêque.

Artiste contestataire, Claude Lévêque n’en est pas moins fasciné par la culture pop, à laquelle il emprunte volontiers les codes. Capable d’exposer dans des entrepôts désaffectés et d’imaginer un décor pour un ballet contemporain à l’Opéra Bastille, il goûte le mélange des genres. Au début de sa carrière, Lévêque était proche de Taxi Girl et des Stinky Toys, groupes emblématiques des années Palace – quand la musique était encore un peu punk mais quand même pas mal pop. Pourtant, il n’en reste aucune trace dans sa playlist.

Aujourd’hui, il revendique les influences de Slayer, groupe de metal aux paroles sanguinolentes et au son saturé, tout en assumant sa prédilection pour Quand un bateau passe de Claude François. Il cite également Chostakovitch et le très expérimental groupe allemand Einstürzende Neubauten. Un mélange de rébellion et de kitsch qui correspond bien à l’univers de l’artiste, qui conclut sa playlist par l'énigmatique Comme un lego d’Alain Bashung : « Au-delà, c'est le vide / Assis devant le restant d'une portion de frites / Noir sidéral et quelques plats d'amibes ».

Écouter la playlist.

Mike Kelley : West Coast

Mike Kelley, Performance related objects, 1977-1979 © D.R.

Décédé en février dernier, Mike Kelley était un artiste contemporain majeur de la côte ouest des Etats-Unis. La musique a baigné sa pratique. Il a grandi à Detroit, dans la même ville qu’Iggy Pop, a fait partie du groupe de noise Destroy All Monsters et réalisé une pochette d’album du groupe Sonic Youth.

Dans sa sélection plutôt pointue, il accompagne chaque morceau d’un commentaire. Ça commence avec un cantique religieux un tantinet macabre, Let all mortal flesh keep silence (Que toutes les chairs mortelles gardent le silence) et se poursuit avec The Crystal Ship des Doors, « la première chanson entendue à la radio qui m’a semblé être la musique de ma génération – que j’appellerais la génération psychédélique ».  Un choix qui montre bien son attachement à la scène musicale de la West Coast - région d’origine de Frank Zappa dont il cite la chanson Weasels Ripped My Flesh. Mais il mentionne aussi I Feel Love de Donna Summer (« Cette chanson m’a secoué, j’ai pensé qu’elle relevait du génie et je le pense toujours »). Une autobiographie musicale entre pop, folk et techno qui révèle chez l’artiste la remise en question d’une certaine hiérarchie de la culture.

Écouter la playlist.

Richard Kern : douce transgression

Richard Kern, Skinny Dipping, 1997 © Richard Kern.

Considéré comme pionnier du « porno-chic », Richard Kern a montré son travail dans des musées aussi respectables que le MoMA et le Whitney Museum, mais aussi entre les pages du magazine masculin Hustler. Du morceau de peau entraperçu à la chair exhibée, ses images montrent le corps féminin sous toutes ses coutures.

Sa liste de lecture est provocatrice, à l’image de son travail. La grandiloquente Amerika du groupe de metal allemand Rammstein ouvre les hostilités. Puis, vient No Values des Californiens de Black Flag, morceau punk hardcore aux relents d’anarchie. Moins underground, mais sulfureuse en son temps, la chanson de David Bowie Ziggy Stardust évoque l’ambiguïté sexuelle, tandis que, suivant l’adage « Sex, drugs and rock'n’roll », les rockers anglais d’Oasis chantent le succès et ses excès dans Supersonic. Pour finir, le groupe de punk californien Flipper ricane pendant tout un morceau, le bien nommé Ha ha ha.

Écouter la playlist.

 

AJOUTER UN COMMENTAIRE