Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 MONET COLLECTIONNEUR

14/09/2017 > 14/01/2018

Musée Marmottan Monet

- PARIS

expo_cercle_2 LE JARDIN SECRET DES HANSEN

15/09/2017 > 22/01/2018

Musée Jacquemart-André - PARIS
expo_cercle_3 RAYMOND DEPARDON

13/09/2017 > 17/12/2017

Fondation Henri Cartier-Bresson - PARIS
expo_cercle_4 ANDERS ZORN

15/09/2017 > 17/12/2017

Petit Palais - PARIS
expo_cercle_5 L'ART DU PASTEL

15/09/2017 > 08/04/2018

Petit Palais - PARIS

LA NEWSLETTER

Arts plastiques : réactions face au maintien du gel budgétaire

Alice Poujol 16 juillet 2012

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le CIPAC (fédération des professionnels de l’art contemporain) a adressé vendredi dernier une lettre ouverte à la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, au sujet du gel des crédits alloués aux arts plastiques.  

Aurélie Filippetti aux Rencontres photographiques d’Arles, le 8 juillet 2012 © Ville d’Arles / Patrick Mercier.

Le gel de 6% du budget de la Culture a été adopté en février dernier, dans le cadre d’une loi rectificative des finances. La ministre actuelle, Aurélie Filippetti, a partiellement annulé ce texte en juin, en débloquant les crédits alloués au spectacle vivant (lire l’article du Monde à ce sujet).

En revanche, aucun autre secteur ne bénéficie de cette mesure. Selon le président du CIPAC (et directeur du FRAC Languedoc-Roussillon) Emmanuel Latreille, la somme économisée par le gel du budget pour les arts plastiques s’élèverait à 1,5 million d’euros seulement, sur un total de 69 millions d’euros, soit dix fois moins que le budget du spectacle vivant. La lettre ouverte de la fédération constate :

« Ce travail primordial au service de la création […] est aujourd’hui étranglé par le gel budgétaire de 6% que le gouvernement maintient malgré les promesses de campagne faites par François Hollande de dégeler l’ENSEMBLE des crédits de la culture. »

Le texte, également relayé par le réseau TRAM, a été publié sous forme d’encart dans le quotidien Libération, vendredi dernier. Lire la lettre.

 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE