Votre action a été enregistrée avec succès !
hide_fb

Inscrivez-vous gratuitement sur exponaute et ne ratez plus jamais une exposition

Publiez une expo

Magazine » Instantanés

Art ancien contre art moderne : la Gemäldegalerie de Berlin en danger

Alice Poujol 11 juillet 2012

La collection de la Gemäldegalerie de Berlin est contrainte de déménager pour laisser place à une donation d’art moderne. Le musée allemand change ainsi d'orientation et l’avenir de sa collection semble incertain.

Tout a commencé lorsque le couple de collectionneurs Ulla et Heiner Pietzsch a offert aux Musées de Berlin plus de 150 œuvres d’art moderne, rapporte la Tribune de l'Art. On retrouve dans la donation les grands noms du surréalisme et de l’expressionisme abstrait, de Dalí à Pollock en passant par Ernst, Miró et Rothko. Or les œuvres ne peuvent être cédées qu’à condition d’être exposées en permanence, et la Neue Nationalgalerie (musée dédié à l’art moderne) ne dispose pas de suffisamment de place pour la donation. De surcroît, la SPK (Fondation pour le patrimoine culturel prussien) n'a pas le budget nécessaire pour construire un nouveau lieu.

Il a donc été décidé d’installer les œuvres dans les bâtiments de la Gemäldegalerie de Berlin, l’un des plus grands musées de peinture ancienne du monde. A l’horizon 2016, il est prévu que le lieu accueille également d’autres collections d’art moderne et devienne un musée du XXe siècle. Les toiles de Rembrandt, Bruegel, Vermeer, Botticelli et Dürer seront, elles, remisées dans des réserves en attendant qu’un nouveau lieu soit construit, vraisemblablement sur l’Île aux Musées de Berlin. Seul un petit nombre d’entre elles seraient montrées, au Musée de Bode (Bode-Museum).

Extérieur du musée de Bode sur l’Île aux Musées de Berlin © Wikimedia Commons/Christian Thiele.

Kulturforum vs Île aux Musées

Le bâtiment actuel de la Gemäldegalerie se trouve dans le Kulturforum, complexe muséal situé à côté de Tiergarten (légèrement à l’ouest du centre de Berlin). Il a été érigé en 1998 tout exprès pour abriter un fonds de peintures datées du XIIIe au XVIIIe siècle - dont seulement un peu plus d'un tiers (soit 1150) peut être exposé.

Intérieur de la Gemäldegalerie © Wikimedia Commons / Daniel Leclercq.

Pour, Hermann Parzinger, président de la SPK (Fondation pour le patrimoine culturel prussien), le remaniement de la Gemäldegalerie s’inscrit dans une logique de regroupement des genres :

« Pour nous, l’Île aux Musée est l’équivalent allemand du Louvre, mais il lui manque le médium le plus important : la peinture. Le but est de trouver le meilleur lieu possible, pas uniquement pour l’art du XXe siècle, mais aussi pour les maîtres anciens. »

Un nouveau musée… en 2022

Les médias allemands relaient depuis des semaines les controverses autour du projet. L’un des problèmes soulevé est qu’aucun nouveau lieu ne sera construit pour la collection de la Gemäldegalerie avant 2022 (les travaux débuteraient en 2018 seulement). Jeffrey Hamburger, professeur d’art et de culture allemande à l’Université de Harvard, a lancé une pétition en ligne. En voici un extrait :

« Nous écrivons pour demander, non pas de renoncer à vos plans pour la collection Pietzsch, mais de les accompagner d’une stratégie adéquate qui rende justice à l’ensemble des collections extraordinaires de Berlin. Nous pensons que la collection des maîtres anciens devrait laisser place à la collection Pietzsch, à la stricte condition que l’on trouve sur l’Île des Musées un espace pour l’exposer – un compromis loin d’être présomptueux. »

Le texte a déjà recueilli 7500 signatures. Alors qu’Hermann Parzinger assure qu’aucun tableau ne sera décroché avant que l’appel à projet pour la construction d’un nouveau lieu ne soit lancé, Jeffrey Hamburger estime que malgré ces promesses, plusieurs décennies pourraient s’écouler avant que les maîtres anciens ne sortent à nouveau des réserves.

 

AJOUTER UN COMMENTAIRE