Votre action a été enregistrée avec succès !

Publiez une expo

Magazine » On a vu

« Somewhere to disappear », film coup de cœur du FILAF

Magali Lesauvage 5 juillet 2012

La semaine dernière, Perpignan accueillait la seconde édition du Festival international du Livre d'art et du Film (FILAF). L'occasion de découvrir des perles rares, mais aussi de rencontrer des passeurs d'art – auteurs, éditeurs, imprimeurs, réalisateurs, producteurs – qui bien souvent restent dans l'ombre de l'artiste qu'ils mettent en lumière.

Pendant quatre jours (du 28 juin au 1er juillet), la cité catalane assommée de soleil s'est réfugiée à l'ombre fraîche des salles obscures et des bibliothèques silencieuses pour célébrer le livre et le film d'art. Projections, expositions, conférences et tables rondes qui donnèrent à voir neuf films, consacrés à des artistes (tel le Gerhard Richter Painting de Corinna Belz), des architectes (Mendelsohn's Incessant Visions de Duki Dror), des thèmes patrimoniaux (comme Léonard de Vinci, la restauration du siècle de Stan Neumann), etc., mais aussi treize livres balayant tous les champs de l'art, de la photo à l'art africain, en passant par Antonello de Messine ou Fritz Lang.

Mené par la présidente d'honneur Catherine Millet, le jury (composé de Fabrice Hergott, directeur du musée d’Art moderne de la ville de Paris, Guillaume Houzé, directeur mécénat et image du Groupe Galeries Lafayette, Xavier Cannone, directeur du Musée de la Photographie de Charleroi, et Pierre Thoretton, réalisateur) a récompensé d'un FILAF d'or l'Israélien Duki Dror pour son film sur l'architecte Erich Mendelsohn (Mendelsohn’s Incessant Visions), tandis que le FILAF d’or du meilleur livre est revenu à Gilles Caron pour Scrapbook, aux éditions Lienart.

© MAS Films.

Coup de cœur

Parmi les belles découvertes du festival, le film Somewhere to disappear de Laure Flammarion et Arnaud Uyttenhove a particulièrement retenu l'attention de l'équipe d'exponaute – il a d'ailleurs reçu le prix « coup de cœur » du FILAF. Pendant plusieurs mois, le duo de réalisateurs franco-belges a suivi le photographe Alec Soth dans un road trip américain le menant aux confins de la solitude humaine. Avec pour projet de réaliser un guide en images ayant pour thème « comment disparaître en Amérique », Soth est parti à la rencontre d'individus ayant fait le choix de s'exclure de la société pour rejoindre une simple cave, un habitat troglodyte, une maison barricadée, voire la nature profonde – comme le magnifique Garth, veillant tel un sage ermite sur le domaine enchanteur qu'il a créé dans le désert.

A la fois plongée dans les affres de l'âme humaine et déambulation dans des paysages somptueux qui défilent sous le regard de l'artiste, Somewhere to disappear est aussi un film bouleversant sur la photographie comme écriture et mode de relation à l'autre.

Voir la bande-annonce du film :

 

AJOUTER UN COMMENTAIRE