accéder à exponaute
Votre action a été enregistrée avec succès !
Magazine » En images

Quand le football inspire l’art

Alice Poujol 28 juin 2012

Quelle que soit l’équipe que l’on supporte (l’AJ Auxerre ou le Barça, l’Espagne, l’Allemagne ou l’Italie), le football c’est d’abord une culture. Son univers inspire aux artistes des critiques et des hommages. À trois jours de la finale de l’Euro 2012, petit tour des œuvres d’art inspirées par l’univers du foot.

Douglas Gordon et Philippe Parreno, Zidane, un portrait du XXIe siècle, 2006.

Sorti en 2006, le documentaire sur Zinédine Zidane réalisé par Philippe Parreno et Douglas Gordon retrace un match de la Liga. L’ex-numéro 10 qui a fêté cette année ses quarante ans est filmé par 17 caméras pour obtenir une image d’une qualité extrême. Un match entier transformé en film d’action.

Vu des gradins

Nicolas de Staël, Le Parc des Princes, 1952 © DR.

Nicolas de Staël, émerveillé par l’intensité d’un match au parc des Princes, a peint une série de cinq toiles dans lesquelles il substitue des bandes de couleurs aux corps des footballeurs.

Martin Parr, Yokohama Stadium, Dynasty Cup, Japon vs Corée du Sud, 1998 © Marin Parr / Magnum Photos.

Martin Parr s’amuse des accoutrements des supporters, des gestes de victoires toujours identiques, que l’on soit japonais ou italien. Le match est ravalé dans le lointain, dans le flou.

Refaire le match

Harun Farocki, Deep Play, 2007, courtesy galerie Thaddaeus Ropac, Salzburg © Harun Farocki.

Deep Play d’Harun Farocki reconstitue la finale de la coupe du monde 2006. À l’aide des écrans de contrôle qui ont servi à analyser le match France-Italie, il fait une analogie entre le mouvement des footballeurs et celui des prisonniers, tout aussi scruté.

Adel Abdessemed, Qui a peur du grand méchant loup ?, 2012, courtesy David Zwirner © Adel Abdessemed.

France-Italie, c’est aussi le fameux « coup de boule » de Zinédine Zidane. Le voici ici immortalisé par Adel Abdessemed.

Massimo Furlan, Numéro 10, performance réalisée en août 2006 au Parc des Princes, Paris © photos L.Ceillier & P. Nydegger.

Massimo Furlan s’intéresse à un autre numéro 10 : Michel Platini. Sur la pelouse du parc des Princes, il a rejoué le match France-Allemagne de 1982 en transformant les mouvements du joueur mythique en une chorégraphie pleine d’humour et de grâce.

Jouer autrement

Fabrice Hyber, P.O.F. n°65 - Ballon carré, 1998-2006, courtesy galerie Jérôme de Noirmont, Paris

Entre le dé et le ballon rond, ce Prototype d’Objet en Fonctionnement (P.O.F.) de Fabrice Hyber promet des parties pas tout à fait comme les autres.

Pied la Biche, terrain de foot situationniste, Vénissieux 2009 © DR.

Le collectif Pied La Biche a ressuscité en 2009, à l'occasion de la Biennale de Lyon, le football à trois côtés imaginé par le situationniste Asger Jorn. Sur un terrain hexagonal, trois équipes s’affrontent pour sortir du traditionnel schéma dialectique, perçu comme « une analogie de la lutte des classes » pour rentrer dans un rapport dit triolectique. Question : la triolectique peut-elle casser des briques ?

Priscilla Monge, Untitled, 2006 © DR.

Autre gazon peu commun, celui de Priscilla Monge, qui tient plus du parcours du combattant ou du skate park que du terrain de foot.

Sport de filles

Chloé Ruchon, Barbie Foot, 2007 © Chloé Ruchon.

Chloé Ruchon renverse, non sans malice, le genre habituellement attribué au football en remplaçant les figurines du baby-foot par l’objet girly par excellence : la poupée Barbie. Un renversement pas si renversant que ça puisqu’en Amérique du Nord, le soccer est plutôt perçu comme un sport féminin.

 

AJOUTER UN COMMENTAIRE